Qui est le véritable coupable derrière la tourmente politique au Venezuela?

Depuis le mois dernier, depuis que Juan Guaido s’est proclamé président du Venezuela le 23 janvier 2019, la nouvelle a été submergée par de nombreux titres souvent contradictoires sur la réalité politique et économique actuelle du Venezuela. Y a-t-il eu un coup d’État? Y a-t-il une crise humanitaire? Que signifie protéger la démocratie dans la « cour arrière » des Etats-Unis? Lire la suite « Qui est le véritable coupable derrière la tourmente politique au Venezuela? »

Que l’obscurité soit!

Si, comme l’affirme le président Maduro et comme en confirment la possibilité des journalistes de Forbes et du New York Times, les USA ont attaqué le réseau électrique du Venezuela avec des armes cybernétiques, il pourrait s’agir d’une erreur tactique majeure. Ce type d’armes, qui semble à même de démanteler des structures militaires et civiles ennemies sans avoir à tirer un seul coup de feu, ne devrait s’employer, pour être efficaces, qu’en cas de vrai conflit militaire contre un ennemi puissant, par exemple la Russie ou la Chine, puisqu’elles donnent un avantage décisif à l’attaquant dans les premières heures d’une guerre. Or, les USA, au cas où ils l’aient réellement employée ces derniers jours, ont inutilement grillé cette cartouche contre un ennemi secondaire, le Venezuela, et semble-t-il, non pas dans le cadre d’une stratégie claire, mais par pur dépit. Autrement dit, si les USA ont attaqué le réseau électrique du Venezuela pour se consoler des échecs successifs de leurs sinistres complots contre Maduro, l’effet de surprise est éventé, tout le monde est désormais au fait et analyse en détail les capacités de ce cyber-programme, et les pays rivaux des USA prendront rapidement des mesures appropriées pour se protéger. Lire la suite « Que l’obscurité soit! »

Un rejet grandissant

Bien sûr, il y a une animosité contre la Révolution bolivarienne de la part d’importants secteurs de droite qui détestent toute proposition progressiste. Le fascisme resurgit aujourd’hui avec la force de l’ignorance sur laquelle il est fondé. Les nouvelles générations, qui ne connaissent pas (parce qu’elles ne l’ont pas subi) l’horreur des véritables régimes de force, confondent facilement terrorisme et rébellion, et ont donc tendance à donner aux deux comportements le même caractère émancipateur.  Lire la suite « Un rejet grandissant »

WikiLeaks : Le Pentagone savait-il que la panne de courant se produirait au Venezuela?

Un courriel divulgué par WikiLeaks révèle que Stratfor, une société étasunienne qui fournit des services de renseignement à divers bureaux du Pentagone, tels que le Department of Homeland Security, le Marine Corps et la Defense Intelligence Agency des États-Unis, a reçu en septembre 2010 un rapport détaillé sur la situation interne au Venezuela, qui précise :  » La faiblesse actuelle de Chavez s’explique notamment par le déclin du secteur électrique,  » durant le gouvernement du président Hugo Chavez.
Lire la suite « WikiLeaks : Le Pentagone savait-il que la panne de courant se produirait au Venezuela? »

Plan de changement de régime made in USA : des pannes d’électricité comme « événement décisif »

L’organisation CANVAS, financée par les États-Unis, qui a formé Juan Guaido et ses alliés, a produit un rapport en 2010 sur l’exploitation des pannes d’électricité et a exhorté l’opposition à « profiter de la situation… à son avantage ». Lire la suite « Plan de changement de régime made in USA : des pannes d’électricité comme « événement décisif » »

Dix mini-chroniques de la résistance populaire

A chaque menace de guerre, la peau du Venezuela se hérisse, se laisse toucher, sort ses griffes et sa mémoire de peuple mille fois recommencé, jamais tout à fait dans la révolution, jamais tout à fait en dehors d’elle, inapte aux violences calculées par les psychologues. A l’autre bout, dans les quartiers riches, le seixième siècle s’abîme dans Discovery Channel. La minorité coloniale qui sert de “peuple vénézuélien” aux médias occidentaux, se retrouve plus seule que jamais, hors-sol, rivée au WhatsApp qui promet la délivrance par les marines et le bombardement des quartiers populaires où grouillent les chavistes. Il est facile de comprendre d’où viennent les projets qui s’affrontent ici, et pas seulement depuis vingt ans. Le plus haut niveau de l’Histoire des vénézuéliens est un geste de libération : ce fut pour libérer d’autres peuples qu’en 1819, Bolivar et son armée populaire traversèrent les Andes. Thierry Deronne, Caracas 14 mars 2019.