L’insolence de Lilian Tintori

Lilian Tintori

Voici un des meilleurs commentaires lu sur les réseaux sociaux concernant l’insolence de Lilian Tintori:

 
« Que c’est bien, Lilian, que vous puissiez en faire tant pour votre grand-mère. Lorsqu’à nos personnes du troisième âge et retraités, la banque refuse de donner plus de 20 000 Bs., vous, par contre, avez le privilège d’obtenir 200 millions Bs. EN ESPÈCES, dans des caisses en bois de la BCV (Banque Centrale du Venezuela).
 
Alors que dans vos rangs on appelle les chavistes des “enchufados”, “pistonnés, branchés directement à la source”, vous madame, bénéficiez de privilèges que n’a presque aucun vénézuélien.

Alors que vous proclamez que notre pays est l’un des plus dangereux du monde, dont les rues sont pleines de voleurs armés et de barrages routiers remplis de fonctionnaires corrompus, vous, vous refusez d’utiliser les virements bancaires ou un service de transfert d’argent et préférez transférer cette immense quantité de billets cachée dans une camionnette.
Mais parlons de pistonnés et de privilégiés!
 
Votre mari fut responsable de la mort de 43 personnes en 2014 et n’a reçu que 13 ans de prison.
 
Vous avez pu voyager dans des dizaines de pays pour exiger sa libération. Vous en avez profité pour dénigrer notre pays et vous avez convaincu beaucoup de monde que nous sommes une dictature qui mérite un embargo et même une invasion.
Malgré cela, la «dictature» a donné à votre mari une cellule cinq étoiles à Ramo Verde, avec une TV, de l’eau chaude et beaucoup de luxe.
 
De plus, comme si cela ne suffisait pas, le privilège d’une assignation à résidence lui a été octroyé. Nous avons eu du mal à avaler la pilule ce jour-là, en entendant que cet homme bénéficiait de cet avantage pour des « raisons humanitaires » et des «raisons de santé», comme si de nombreuses personnes qui vivent dans notre pays, des amis, des compagnons qui ont perdu pas moins de 20 kilos durant cette crise, n’auraient pas plus besoin d’avantages de la part du gouvernement.
Et en plus de tout cela, votre mari s’est permis d’envoyer des messages politiques depuis sa résidence surveillée, appelant à renverser le gouvernement, ce qui lui était formellement interdit. Sa seule peine fut un séjour de quelques jours au Sebin avant de pouvoir retourner de nouveau à sa résidence surveillée, un privilège supplémentaire.
 
Et vous continuez à dire que nous sommes les “pistonnés”?
 
J’aimerais que les milliers de prisonniers qui ont commis des crimes beaucoup moins graves que ceux de votre mari puissent avoir de tels privilèges.
Comment pouvez-vous prétendre que vous et votre famille puissiez nous diriger et nous représenter, nous qui n’avons pas 200 millions de Bs pour sauver nos familles, qui avons enduré des souffrances que votre grand-mère ne connaîtra jamais?
 
Non Lilian, ne vous cachez pas derrière votre grand-mère. Si cet argent avait été pour elle, vous l’auriez simplement transféré à la clinique, sans risque.
 
Et vous avez même admis que la camionnette était à vous, avec toute l’insolence du monde, et vous avez même le toupet d’exiger qu’on vous rende l’argent. Pensez-vous que s’ils me trouvaient avec une telle somme d’argent, dans les circonstances actuelles, ils me laisseraient en liberté?
Mais vous, vous continuez et continuerez à être libre.
 
Vous serez toujours une privilégiée, une vraie “enchufada”.