Pourquoi il est si important d’avoir reconquis électoralement l’État de Miranda

« Guarimbas », violences organisées par les couches riches à partir des quartiers chics de Caracas. En invisibilisant la majorité populaire et en inversant le montage des news, les médias nous ont fait croire pendant des mois que cette minorité imprégnée de mépris racial et social était le « peuple du Venezuela » et que l’action défensive des forces de l’ordre était une « répression ».

Miranda, un état stratégique détenu pendant très longtemps par l’opposition, vient d’élire comme gouverneur le jeune candidat chaviste Hector Rodriguez.

Son prédécesseur, Henrique Capriles Radonsky, dirigeant de Primero Justicia (PJ) et membre de l’oligarchie vénézuélienne, avait tenté pendant des années de s’imposer comme le leader principal d’une droite aujourd’hui en cours d’implosion. Il a été gouverneur de l’état de Miranda pendant deux périodes consécutives (2008-2012 et 2012-2017). Lors de sa défaite aux présidentielles de 2013, le milliardaire refusa le verdict des urnes et demanda à ses partisans de “décharger leur rage” dans la rue. Le soir-même commença une campagne “à la colombienne” : actes de vandalisme, tirs contre des centres de santé, des magasins publics d’alimentation, des médias associatifs, et meurtres de leaders sociaux, souvent motivés par le racisme social. Bilan : 13 morts et plus de 100 blessés. Une répétition à moindre échelle de l’insurrection armée de 2017 qui a fait, elle, près de 200 morts. On sait comment les médias internationaux ont fabriqué la plus grande fake news de l’histoire contemporaine en attribuant les victimes au gouvernement et en faisant croire que celui-ci était la source de la violence.

L’ex-gouverneur de l’État de Miranda, Henrique Capriles Radonski (à gauche), ici réuni avec l’ex-secrétaire de gouvernement de Pinochet Jovino Novoa à Santiago en 2013. Radonski est impliqué dans le coup d’État meurtrier contre le président Chavez en avril 2002, dans les assassinats de militants bolivariens le 15 avril 2013 et dans l’insurrection armée de la droite en 2017.
En avril 2013 déjà, Capriles Radonski appelait ses partisans à « décharger leur rage » dans la rue pour refuser le résultat des élections. Bilan : 13 morts et plus de 100 blessés.

En décernant un “prix Sakharov” à ce type d’opposants, la majorité de droite du Parlement Européen et ses alliés sociaux-démocrates se placent dans une situation d’apologie de nombreuses violations des droits humains, du racisme, de la violence politique et du coup d’État (1). Bien que naturalisé par la concentration privée des médias et l’inféodation croissante aux États-Unis, ce pari persistant sur le « wrong horse » contraste avec la diplomatie équilibrée, prospective et informée de la communauté internationale (Mouvement des Non Alignés, UNASUR, CARICOM, Russie, Chine… jusqu’au Vatican et aux médiateurs officiels tels que l’ex-président espagnol Zapatero). Tous ont condamné les violences et recommandé le retour au dialogue et à la voie électorale. Le Venezuela continue à battre le record mondial en termes de quantité de scrutins puisqu’après l’élection de la Constituante de juillet 2017, et celle des gouverneurs le 15 octobre, viennent les municipales de décembre qui seront suivies en 2018, des présidentielles.

Cette alliance de la droite vénézuélienne avec une extrême droite sous influence du paramilitarisme colombien ne s’exprime pas que dans les violences des cycles insurrectionnels. Depuis des années l’État de Miranda a constitué leur base, avec cellules dormantes infiltrées depuis Bogota par les réseaux de l’ex-président Uribe et mises à couvert dans des grands domaines terriens.

Cet état représente en lui-même un état stratégique pour la stabilité générale de la région centre-nord du Venezuela, car c’est le point par lequel circulent quotidiennement les marchandises et les personnes qui vont de l’est à l’ouest et vice-versa. Des millions de personnes y vivent et y cohabitent et il représente un axe fondamental dans le domaine politique et juridique à cause de la proximité du district de la Capitale où sont réunis les sièges des pouvoirs publics vénézuéliens.

En termes de sécurité nationale, de stabilité économique et de rentabilité politique, la signification de la récupération de Miranda par le chavisme est extrêmement importante. Nous allons voir pourquoi.

La vie économique et la surface

Miranda est traditionnellement un pôle économique très important surtout dans le domaine de l’agriculture, de l’industrie et du tourisme. Au nord, entre les montagnes (comme El Hatillo) et les côtes des Caraïbes comme celles de Barlovento, les visiteurs venus d’autres états et même de l’étranger affluent assez régulièrement. Là et vers l’ouest et le sud de l’état, les fermes, les grands potagers et les grands vergers fournissent les villes et les villages de l’état ainsi que Caracas et d’autres états voisins en cacao, fruits, fleurs, légumes divers et céréales par tonnes.

Les secteurs industriels de la manufacture sont concentrés dans les municipalités où la population est le plus pauvre ou appartient à la classe moyenne basse et qui possèdent, par conséquent, des quartiers populaires comme les « barrios » et des résidences qui n’ont rien d’opulent. Par exemple, les municipalités de Sucre (Petare), Plaza (Guarenas), Guaicaipuro (Los Teques), Cristóbal Rojas (Charallave), Lander (Ocumare del Tuy). C’est précisément dans cette partie de Miranda que le chavisme a augmenté son score et que la majorité a élu Rodriguez gouverneur le 15 octobre dernier.

Le dernier recensement (2011) de l’Institut National des Statistiques (INE) enregistre un nombre d’habitants de plus de 2.600.000 et on estime qu’il y en a 3 millions en 2017. Miranda est l’état le plus peuplé du Venezuela, après le Zulia.

Sur les 21 municipalités qui le composent, quatre appartiennent au District Métropolitain de Caracas: Baruta, Chacao, El Hatillo et Sucre. On appelle habituellement cet ensemble « l’Est de Caracas. » A Baruta, Chacao et El Hatillo résident les gens les plus riches non seulement de l’état mais aussi du pays et c’est ce bloc minoritaire de la population qui, traditionnellement, d’un point de vue de classe, affronte les chavistes, dont la majorité appartient aux secteurs populaires.

396 ans après sa fondation, le “barrio” de Petare est le plus important d’Amérique Latine en termes de population. Comme tout « cordon de misère, » – on appelait ainsi les “barrios” dans les années où les paysans se déplaçaient vers les grandes villes (1960-1970), Petare se dessine entre l’autoroute Francisco Fajardo, l’avenue Boyacá également appelée Côte Mille, des zones opulentes comme les Terrasses d’ Ávila, les centres résidentiels de Palo Verde et du fleuve Guaire, ce qui représente environ 70% du territoire de la municipalité de Sucre.

mapa estado miranda

Le « barrio » géant de Petare vu du satellite

Petare lui-même est composée de 50 secteurs avec de hauts indices de violence criminelle, de gros problèmes dans les services publics et une population qui, selon l’INE, frôle les 400.000 habitants, c’est à dire environ 46% de la population de la municipalité de Sucre. D’autres estimations non officielles donnent à Petare une population de plus de 500.000 habitants, parmi lesquels les gens non recensés – population étrangère, surtout des Colombiens, des Péruviens et des Chinois.

Beaucoup de reportages, émanant pour la plupart de médias d’opposition, ont montré Petare comme un endroit malsain, ultra-violent et en font retomber la responsabilité essentiellement sur le Gouvernement national. Cependant, lorsque Carlos Ocariz était maire de la municipalité de Sucre (2008-2017) et Henrique Capriles gouverneur de Miranda, tous 2 dirigeants du parti d’extrême droite Primero Justicia, les indices de délits ont grimpé fortement, une donnée que les médias anti-chavistes ne mentionnent pas.

L’importance de ce quartier populaire ne réside pas seulement dans le nombre de ses habitants ni dans la para-économie qui se développe en son sein, ni dans la violence criminelle ou dans les illégalités organisées, mais aussi dans sa domination stratégique territoriale.

Les relations de l’est et de l’ouest avec le nord du Venezuela

Alors que Petare constitue un lien direct vers l’est du pays et représente la principale issue vers Guarenas, Santa Lucía et l’est du pays, la capitale de l’état de Miranda (Los Teques) en constitue un vers l’ouest. Des milliers de personnes circulent tous les jours sur les couloirs centraux de la région, entre les montagnes, pour aller d’un côté à l’autre du Venezuela ou pour travailler dans les différents centres (commerciaux, industriels, agro-alimentaires, touristiques) qui constituent la vie économique de ce territoire.

Les voies de communication ont été pensées pour le transport des marchandises et des personnes des villes et des villages de l’état de Miranda vers le centre urbain de Caracas où travaillent et font du commerce la plupart des habitants de Miranda.

Ces routes servent aussi de communication directe et relativement rapide entre les états voisins de Miranda et de Caracas. Ce facteur est important pour comprendre le scénario des violences de bandes paramilitaires.

Les corridors paramilitaires et leurs relations avec des dirigeants de l’opposition à Miranda

La capture et le démantèlement de groupes, d’individus et de campements impliqués dans des activités criminelles par les corps de sécurité et du renseignement de l’État vénézuélien ont été la preuve la plus évidente.

Même si les groupes criminels ont commencé à agir dès 2002 dans l’état de Miranda, il leur a été facile de s’étendre à cause de la permissivité (et souvent de l’implication) de l’ex-gouverneur Radonsky et d’autres membres de la direction de l’opposition.

En 2015, lors du démantèlement de la bande criminelle paramilitaire « Gamma » qui opérait à Dolorita, municipalité de Sucre, Gustavo González López, alors Ministre de l’Intérieur, expliquait : « le para-militarisme est, à la base, une réponse, une structure de l’élite économique, de l’élite financière, de l’élite politique, qui cherche à reprendre le pouvoir par n’importe quel moyen ou de n’importe quelle façon. »

L’assassin de Liana Hergueta, José Pérez Venta, qui fut aussi un militant de Volonté Populaire (VP), a admis en août 2015 avoir reçu un entraînement paramilitaire à Cúcuta (Colombie) sur instructions d’Antonio Rivero. Henrique Capriles, alors gouverneur de Miranda, a été impliqué par ce même Pérez Venta dans des délits en territoire vénézuélien.

En octobre de cette année, González López a informé que 10 paramilitaires qui, d’après lui, faisaient partie d’une bande qui faisait le trafic de drogues de la Colombie vers les îles des Caraïbes et l’Afrique, avaient été capturés dans une grange à los Valles del Tuy : « Les liens sont confirmés par les trafiquants de drogues arrêtés. »

González López a informé sur son compte Twitter en avril 2016 que les corps de sécurité de l’Etat ont détecté et affronté des commandos installés dans des « campements de structure paramilitaire improvisés » dans les municipalités de Páez et d’Andrés Bello, à Barlovento.

En juillet 2016, González López a assuré que l’états-unien Joshua Holt et sa compagne vénézuélienne avaient transformé leur appartement en une véritable planque d’armes militaires à fins privées, et se trouvaient en relation avec des acteurs qui ont impliqué le gouverneur de Miranda. Nous écrivions alors: « (…) le rôle que joue l’opposition vénézuélienne dans cette infiltration d’agents des forces spéciales (comme Holt) a été révélé par le ministre González López suite à la perquisition des services de renseignement et des services de sécurité : « Selon les investigations, les 2 individus ont établi « une relation par internet au contenu  suspect. » Quelques mois plus tard, ils se sont rencontrés en personne en République Dominicaine et 5 jours après l’arrivée de l’états-unien au Venezuela, et sont mariés à la Mairie de la municipalité de Sucre de l’état de Miranda gouverné par Carlos Ocariz du parti Primero Justicia. (..)»

Dans une conférence de presse, à propos de l’affaire Holt, González López avait décrit le paramilitarisme au Venezuela de cette façon : « Cette façon d’agir correspond à des activités propres à des bandes criminelles de paramilitaires qui s’installeraient en territoire vénézuélien avec la protection de secteurs de l’opposition dont la stratégie est le rapprochement avec ces organisations criminelles pour exécuter des activités terroristes en utilisant diverses façades. »

Les informations obtenues montrent l’existence de corridors dans les environs de Petare (La Dolorita, municipalité de Sucre) qui débouchent sur Barlovento, c’est à dire, depuis l’est de Caracas pour arriver à l’est de l’état de Miranda et un autre qui avait comme point central los Valles del Tuy et débouchait au sud de Miranda. Tout cela entre les montagnes, les confluents fluviaux et les installations agricoles : ce qu’on appelle les « raccourcis clandestins», loin de la présence de l’Etat mais proches des yeux des policiers municipaux et des policiers du gouvernement de de l’opposition.

Il faut souligner aussi que le corridor qui part du nord, de la municipalité de Sucre vers los Valles del Tuy débouche au sud et au sud-ouest ainsi que d’autres corridors qui ont déjà été démantelés par l’Etat vénézuélien où opéraient les bandes « d’El Juvenal » et « d’El Picure », des clones de Pablo Escobar à Guárico et à Aragua.

« L’Est de Caracas » : capitale de la “révolution de couleur” au Venezuela

En termes d’anti-politique, les manifestations violentes de l’anti-chavisme entre avril et juillet de cette année ont été l’apogée « naturelle » des expressions de l’opposition dans les zones les plus riches de l’état de Miranda. Les municipalités de Chacao, Baruta et Sucre, en plus des Hauts de Miranda (là où sont concentrées les classes hautes et moyennes, minoritaires au Venezuela) ont été le théâtre des violences les plus importantes organisées par la table de l’Unité Démocratique (MUD), à l’exception des états frontaliers avec la Colombie.

Les marches, les protestations, les troubles, les attaques d’administrations de l’Etat, les sit-in, les barrages de rues, les sabotages de services publics, parmi les tactiques violentes utilisées par les révolutions de couleur destinées à conduire à une insurrection armée, ont été utilisées pendant les 3 mois de 2017 dans diverses municipalités de Miranda dont les habitants ont souvent été les otages.

Les classes les plus hautes de la société sont toujours les commanditaires les plus actives dans ce genre de manifestations, où que ce soit. Au Venezuela, ce sont les plus réactives aussi bien à ce que représente le chavisme en tant que culture radicale et politique qu’à ce que le gouvernement Bolivarien fait en dirigeant l’Etat.

L’ex-gouverneur de Miranda, Henrique Capriles incarne, par sa situation sociologique, cette haine et cette violence de classe. Avec la complicité des corps de police de ces municipalités et  la Police de Miranda (Polimiranda), l’opposition vénézuélienne a réussi des choses qui, s’il n’avait pas été gouverneur de l’état, auraient été un peu différentes. La même chose est arrivée en 2014, au moment de la mise en place du plan « La Sortie » de Leopoldo López et de María Corina Machado.

Auparavant, en mai 2016, la Police de Chacao (Polichacao) a dû être reprise en main par le Ministère de l’Intérieur, de la Justice et de la Paix à cause de la découverte d’un réseau interne de tueurs à gages impliquée dans divers délits déjà jugés, y compris l’assassinat politique du journaliste chaviste Ricardo Durán. En outre, des membres de la police ayant des liens avec l’opposition ont soutenu les actions de mercenaires et des manifestants violents.

En juin 2017, dans le cadre de cette révolution de couleur manquée qui a essayé d’organiser un coup d’Etat contre le Gouvernement du Président Nicolás Maduro et a même encouragé une intervention étrangère des Etats-Unis, le ministre Néstor Reverol a officialisé le contrôle de Polimiranda à cause de l’existence « d’éléments suffisamment convaincants qui impliquent la participation de fonctionnaires (de ce corps de police) à des violations des droits de l’homme et à des réseaux de délinquants. »

À son tour, la négligence du gouvernement de Miranda vis-à-vis de la stabilité et la sécurité des citoyens, s’est exprimée dans l’inéligibilité de Capriles à des charges publiques pendant 15 ans pour faits de corruption et autres irrégularités administratives.

Avec l’Assemblée Nationale Constituante (ANC), la stabilité politique est revenue et a mis un terme à la stratégie de l’insurrection de l’anti-chavisme. Cela a ouvert la voie à l’organisation des élections régionales qui ont vu dans l’état de Miranda la défaite du candidat d’opposition Carlos Ocariz et la victoire du chaviste Héctor Rodríguez. Cette victoire permet de restaurer la paix et de reprendre la lutte contre la forte insécurité locale. Un territoire de moins pour le secteur putschiste de la droite.

Le jeune candidat chaviste Hector Rodriguez, ici en campagne, a gagné son pari de vaincre l’oligarchie locale de Miranda dans les urnes. Ci-dessous, après la victoire – au festival de théâtre de Los Teques et à l’inauguration d’un point d’approvisionnement d’eau désalinisée.

Note : (1) Sur les violations des droits humains commises par cette opposition, on peut lire notamment « la rage raciste de l’extrême droite vénézuélienne » https://venezuelainfos.wordpress.com/2017/05/24/la-rage-raciste-de-lextreme-droite-venezuelienne/ et « Venezuela: la presse française lâchée par sa source ? » : https://venezuelainfos.wordpress.com/2015/08/04/venezuela-la-presse-francaise-lachee-par-sa-source/

Source: http://misionverdad.com/LA-GUERRA-EN-VENEZUELA/por-que-es-importante-que-el-chavismo-haya-recuperado-el-estado-miranda

Traduction: Françoise Lopez pour Bolivar Infos

URL de cet article : https://wp.me/p2ahp2-3Jh