Démantèlement de la cellule terroriste et négociations

Le chef de la délégation du Gouvernement à la Table de Dialogue, Jorge Rodríguez, a affirmé que les informations qui ont servi à démanteler la dangereuse cellule terroriste qui opérait au Venezuela n’ont jamais été données dans le cadre du Dialogue entre le Gouvernement Bolivarien et l’opposition qui se déroule en République Dominicaine. Il a confirmé que des personnes qui font partie de l’opposition vénézuélienne ont fourni des informations à ce sujet. « La source, nous devons nous la réserver mais nous devons dire de façon responsable que cela ne s’est jamais passé dans le cadre du dialogue en République Dominicaine », a-t-il expliqué.
« Les perquisitions et les investigations de ces derniers jours nous ont rapprochés du démantèlement de cette cellule terroriste, c’est la vérité. En second lieu, la participation de représentants de cette cellule à une émission de télévision d’une chaîne internationale a permis à nos enquêteurs de se rapprocher de l’endroit où se trouvaient les terroristes, » a indiqué Rodríguez.
Il a fait ces déclarations à propos de l’absence de l’opposition à la Table de Dialogue en République Dominicaine, jeudi, où était prévu la dernière réunion pour arriver à un accord définitif. Des dirigeants de l’opposition ont affirmé qu’ils n’y assisteraient pas à cause du fait que le ministre de l’Intérieur vénézuélien, Néstor Reverol, a affirmé, sans donner son nom, qu’un dirigeant de l’opposition avait collaboré en donnant des informations qui ont permis de situer le refuge où se trouvait le groupe terroriste dirigé par Óscar Pérez.
Rodríguez a qualifié de futiles les excuses données par l’opposition : « Je demande aux journalistes qui sont là : que penseriez-vous d’un groupe de personnes armées jusqu’aux dents qui volent un hélicoptère et qui, de cet hélicoptère, lancent 4 grenades sur le siège du Tribunal Suprême de Justice, dans le centre de Caracas? Que diraient les journalistes du monde ou les Gouvernements du monde entier si cette même cellule menaçait un jardin d’enfants où se trouvent 28 enfants entre 3 et 6 ans qui ont dû êtrepétré évacués d’urgence parce qu’ils étaient sous le feu de ces terroristes violents et assassins ? »
Le groupe d’Óscar Pérez envisageait d’assassiner des opposants qu’ils considéraient comme des « traîtres »
A ce propos, Rodríguez a déclaré que les investigations concernant ce groupe ont révélé des informations cruciales concernant un plan de magnicide contre le Président Constitutionnel de la République Bolivarienne du Venezuela, Nicolás Maduro Moros, « contre le ministre de la Défense Vladimir Padrino López. Il y avait des plans d’assassinat du vice-président de la République, Tareck El Aisami, contre le Procureur Général de la République, Tareck William Saab et des plans d’assassinat du premier vice-président du Parti Socialiste Uni du Venezuela (PSUV), Diosdado Cabello. »
« Des plans d’assassinat d’importants dirigeants de l’opposition que cette cellule terroriste accusait d’être des traîtres ont été révélés, » a-t-il dit.
Rodríguez a indiqué aussi que grâce à l’enquête, on a la certitude que les terroristes planifiaient un attentat contre une ambassade située dans l’est de Caracas avec une voiture bourrée d’explosifs.
Il a condamné le fait que les médias internationaux et certains secteurs de la droite vénézuélienne aient fait l’apologie de ces actes terroristes.
Report de la réunion de dialogue entre le Gouvernement et l’opposition
Le chancelier de la République Dominicaine, Miguel Vargas, a informé jeudi qu’on annoncera dans les prochains jours une nouvelle date pour la réunion entre les représentants du Gouvernement et de l’opposition. Il a signalé que les autorités de la République Dominicaine ont eu des conversations avec le chancelier de Bolivie, Fernando Huanacuni, le chancelier du Nicaragua, Denis Moncada, l’ex-premier ministre espagnol José Luis Zapatero et avec la délégation du Gouvernement Bolivarien.
Elles ont également parlé avec des représentants de l’opposition, avec le chancelier du Chili Heraldo Muñoz qui n’a pas pu être là à cause de la visite du pape François dans son pays et avec le chancelier du Mexique Luis Videgaray, également absent à cause d’engagements envers le président mexicain Enrique Peña Nieto, au Paraguay.
« Par conséquent, nous voulons annoncer que nous avons parlé avec les parties, avec le Gouvernement et l’opposition et que nous avons parlé avec les chanceliers présents et les 2 autres chanceliers, du Chili et du Mexique, et que nous avons décidé de nous engager à donner dans les prochains jours une nouvelle date pour poursuivre le dialogue ici, en République Dominicaine dans l’intérêt d’issue pacifique et stable pour le Venezuela, » a-t-il dit sur Telesur.
Les représentants du Gouvernement sont arrivés en République Dominicaine à 5 heures du soir, jeudi. Parmi eux se trouvaient le ministre de la Communication et de l’Information Jorge Rodríguez et la présidente de l’Assemblée Nationale Constituante, Delcy Rodríguez.
L’opposition succombe aux pressions de ceux qui refusent l’issue électorale
Jorge Rodríguez a également dénoncé le fait que les Gouvernements des Etats-Unis, dirigé par Donald Trump, de Colombie, dirigé par Juan Manuel Santos et d’Espagne, dirigé par Mariano Rajoy font pression sur l’opposition vénézuélienne pour qu’elle ne participe pas aux élections présidentielles prévues pour cette année.
« Ils succombent aux pressions de ceux qui refusent une issue électorale au Venezuela, de ceux qui veulent boycotter les prochaines élections présidentielles, nous le disons ici en toute responsabilité, il y a de façon évidente des secteurs du Gouvernement de Donald Trump, du Gouvernement de Mariano Rajoy et du Gouvernement de Manuel Santos qui font pression sur l’opposition pour qu’ils ne participent pas aux prochaines élections présidentielles, » a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse sonnée en République Dominicaine.
Rodríguez a signalé que c’est pour ces raisons que l’opposition refuse d’accepter un accord dans lequel seraient exprimées des garanties électorales larges et un mécanisme d’observation international des élections le plus large possible. « Nous avons même parlé du fait qu’il peut y avoir une mission d’observation électorale convoquée par le Secrétaire des Nations Unies et nous proposons que ce soit l’ex président du Gouvernement espagnol, José Luis Rodríguez Zapatero, un européen, qui dirige cette mission pour les prochaines élections. »
Les accords de la Table de Dialogue
Jorge Rodríguez a aussi indiqué que les réunions entre le Gouvernement et l’opposition ont avancé sur certains points et il a signalé que parmi les accords signés se trouvent « tous les aspects en relation avec la souveraineté et le rejet de toute forme de sanction ou de toute forme d’agression économique » ainsi que les garanties électorales pour les prochaines élections présidentielles qui auront lieu cette année.
Cet accord, a précisé Jorge Rodríguez, « comprend des garanties électorales larges, des garanties électorales étendues, en vue des prochaines élections présidentielles. Parmi ces garanties sont compris non seulement les éléments concernant la sécurité de notre système électoral automatisé mais aussi la présence d’une large observation internationale, déjà décidée avec l’opposition vénézuélienne. »
Celui qui est aussi ministre de la Communication et de l’Information a signalé qu’il ne manque plus que 2 points sur les 6 qui sont discutés à la table de dialogue pour que soit signé un accord définitif pour renforcer la paix et la stabilité de al République, un acte qui devait avoir lieu vendredi.
Le 13 janvier dernier, a signalé Rodríguez, on a convoqué une réunion pour discuter des sujets sur lesquels il n’y avait pas d’accords définitifs.
« Cette réunion a eu lieu hier à l’hôtel Meliá de Caracas et là, nous avons rapproché nos positions concernant les 2 points sur lesquels il n’y a pas encore d’accord et qui ne sont pas encore peaufinés. On a établi qu’aujourd’hui, ce soir, nous aurions une réunion pour peaufiner ces points et obtenir la signature demain, » a-t-il ajouté.
traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos / Source en espagnol : albaciudad