Oscar Perez, « GAME OVER »

Tantôt « rebelle », « insurgé » ou « terroriste »… au vu du traitement médiatique, je me sens obligé de dire certaines évidences.          Oscar Pérez et ses alliés qui l’ont poussé à essayer de fonder la Résistance armée contre le Gouvernement Bolivarien, ont été mis hors d’état de nuire ce lundi 15 janvier 2018. Il a perdu.

Le 27 juin 2017, il avait volé un hélicoptère armé d’explosifs il a attaqué des bâtiments publics. Il a lancé des grenades sur le siège du Tribunal Suprème de Justice où se tenait un événement : la journée Nationale de la presse et à l’étage inférieur une crèche… Les grenades lancées, heureusement, n’ont pas explosés.
Par la suite, Pérez a publié une série de vidéos, accompagné par 4 hommes cagoulés et armés, dans laquelle il assure aux Vénézuéliens qu’il n’appartenait à aucun groupe politique. « Nous sommes nationalistes, patriotes et institutionnalistes, a t’il affirmé.

Le président Maduro a qualifié l’attaque à l’hélicoptère comme une « attaque terroriste » et avait exigé à l’opposition de condamner l’attentat.

Oscar Perez a donc rendu public sa volonté d’organiser un groupe armé pour renverser le gouvernement et a ciblé ses objectifs, des lieux et des personnes.
Il a également pris d’assaut une caserne militaire et s’est emparé de leur arsenal…  Il a recommencé à annoncer via les réseaux sociaux, qu’il les utiliserait pour tuer et pour détruire.
Il a menacé, a incité et a ouvertement promu l’usage de la violence spécialisée pour finir avec ce qu’il nommait la narco-dictadure.
Mais cet ennemi qu’il a choisi est un État avec l’obligation et les ressources pour se défendre et pour garantir la sécurité de ses institutions et de ses citoyens.
C’est Pérez qui a lancé le défi. Il a choisi seul et librement son ennemi.
Ce n’est pas le gouvernement qui l’a choisi, lui ou son groupe comme un objectif.
Ni le président Maduro, ni l’actuel ministre des Relations intérieures, de la Justice et de la Paix, Nestor Reverol n’étaient obligés à réduire ni leur capacités, ni la puissance de feu pour s’adapter aux conditions de Pérez et son groupe afin d’assurer un « équilibre » dans la confrontation proposée par le provocateur.
Lundi 15 janvier 2018 s’est déroulé un épisode supplémentaire de cette confrontation et Pérez l’a perdue définitivement. Jusqu’à présent il avait gagné certains des épisodes comme le vol de l’hélicoptère, l’attaque du siège du Tribunal Suprème de Justice et l’assaut réussi de la caserne de San Pedro de Los Altos, le 18 décembre 2017.
Cette fois le sort ne l’a pas accompagné.
« Game Over »
Victor Hugo Majano