Accord de Programme Commun entre le PSUV & Parti Communiste du Venezuela

Pour faire face à la crise du capitalisme dépendant et rentiste du Venezuela grâce à des actions politiques et socio-économiques anti-impérialistes, patriotiques et populaires…

1.Nous, le Parti Socialiste Uni du Venezuela (PSUV) et le Parti Communiste du Venezuela (PCV), en tant qu’héritier de l’héritage de Simón Bolívar et des luttes du peuple vénézuélien, dans son désir d’indépendance, de développement souverain et d’intégration latino-américaine, signons le présent Accord de Programme Commun Cadre en tant qu’engagement commun à l’appliquer dans toutes ses parties, comprenant que l’agressivité croissante, immorale, illégale et criminelle de l’ingérence de l’impérialisme étasunien et de ses alliés européens contre le processus bolivarien vénézuélien met en danger la perspective de libération du pays qui a été stimulée depuis la victoire du peuple avec à sa tête le Commandant Président Hugo Chávez aux élections présidentielles de 1998 et met même en danger notre souveraineté nationale et notre intégrité territoriale.

2.Nous, le PSUV et le PCV, dénonçons devant le monde le fait que l’impérialisme, par l’intermédiaire du Gouvernement étasunien et avec la complicité soumise de Gouvernements d’Amérique Latine et de l’extrême-droite vénézuélienne, continue à créer un dossier artificiel dans des organes multilatéraux contre notre pays pour essayer de justifier une intervention internationale avec la possibilité réelle que les Gouvernements de droite de la Colombie, du Brésil ou du Guyana organisent une provocation sur la frontière.

3.Nous, le PSUV et le PCV, déclarons que la crise du capitalisme dépendant et rentiste du Venezuela a eu et a de graves conséquences sur la qualité de la vie de notre peuple, en particulier sur son pouvoir d’achat, sur l’approvisionnement en biens et en services. Cette situation a été aggravée par des actions et des mesures de l’impérialisme et de ses agents nationaux en renforçant la corruption privée et publique, la bureaucratie et la fuite des devises dans un contexte de réduction sévère des revenus de l’exportation du pétrole, des phénomènes contre lesquels le Gouvernement doit maintenir et renforcer la lutte frontale comme il l’a fait à PDVSA et dans d’autres entités de l’Etat.

4.Nous, le PSUV et le PCV, affirmons que l’issue de la crise capitaliste ne doit pas être en faveur de la bourgeoisie et des transnationales mais en faveur des intérêts du peuple, qu’on doit chercher un nouveau modèle de production post-rentiste, de développement souverain avec la participation agissante des ouvriers, des paysans, des communes et du peuple qui formeraient un grand front anti-impérialiste et avanceraient dans la construction d’une instance organique dirigée collectivement et de façon unitaire, des organisations politiques et sociales, patriotiques et révolutionnaires pour analyser, construire et coordonner des actions politiques et des actions de gestion du Gouvernement.

5.L’ampleur et la gravité de la situation et le renforcement des luttes de classe au niveau national et international demande plus d’actions immédiates dans le domaine économique, social et politique parmi lesquelles il faut donner la priorité aux mesures urgentes qui répondent à des demandes du peuple dans le domaine de l’alimentation et de la santé qui seraient renforcées grâce au triomphe des forces patriotiques aux prochaines élections présidentielles.

Le droit de la classe ouvrière et du peuple laborieux

6.Nous, le PSUV et le PCV, soulignons l’importance de renforcer le syndicalisme de classe et les diverses expressions du mouvement ouvrier et révolutionnaire comme les mouvements de production des travailleurs, les conseils socialistes de travailleurs en approuvant la Loi Spéciale établie dans la LOTTT et les autres formes d’organisations ouvrières syndicales révolutionnaires en respectant leur autonomie, en développant des chaînes efficaces et opportunes pour que les travailleurs des entités publiques et privées puissent avoir un rôle réel dans le développement du processus social du travail.

7.Prenant en compte l’aggravation de la crise capitaliste qui touche de larges secteurs de la classe laborieuse, il est important de renforcer et de sauvegarder les droits du travail, une protection de l’emploi et d’élargir la politique de nouveaux emplois.

8.Nous, le PSUV et le PCV, travaillerons ensemble, dans la mesure de la portée et des caractéristiques de chaque organisation, à partir du Gouvernement et des espaces socio-politiques, pour identifier et canaliser la récupération des droits des travailleurs auxquels il a été porté atteinte dans des affaires déjà connues ou qui pourraient se présenter sur des lieux de travail publics ou privés.

9.Réviser et appliquer immédiatement les corrections rendues nécessaires par les dénonciations des organisations révolutionnaires concernant l’action de certains fonctionnaires publics.

10.Avancer fermement dans la chaîne de production des entreprises nationalisées qui doivent se renforcer et renverser des processus de démantèlement et de détérioration qui pourraient conduire à des paralysies préjudiciables au développement de la production nationale en plus de protéger et de soutenir institutionnellement les collectifs de paysans qui ont remis en activité des fonds appartenant à l’Etat.

11.Nous, le PSUV et le PCV, évaluerons les expériences de contrôle ouvrier comme le Plan Guyana Socialiste pour établir un nouveau modèle de direction et de gestion multiple des entreprises d’Etat sous le contrôle des ouvriers et du peuple des processus de production, d’administration et de distribution des biens et des services basé sur la direction collective pour enterrer définitivement les fléaux de la corruption, de l’inefficacité et les méthodes autoritaires et antidémocratiques de gestion.

12.Promouvoir et mettre en place des actions fermes de la Surintendance Nationale de Défense des Droits Socio-économiques (SUNDDE) et de la Surintendance des Institutions du Secteur Bancaire (SUDEBAN), en coordination avec les organisations populaires pour protéger rapidement les millions d’usagers des services bancaires, en particulier les salariés, les retraités et ls petits patrons.

13.Nous considérons comme pertinent et urgent d’adopter et de renforcer les mesures destinées à démanteler le pouvoir des monopoles privés en définissant et en stimulant des politiques pour obtenir le développement souverain et productif en punissant les corrompus, les spéculateurs et les mafieux, de promouvoir le renforcement et la stimulation de politiques pour le développement national souverain et productif.

14.Donner la priorité au travail officiel et avec des droits en tant qu’activité qui donne sa dignité à l’être humain, renforcer le salaire et en faire à nouveau la composante principale des revenus des travailleurs.

Mesures pour une analyse plus profonde

15.Nous, le PSUV et le PCV, dans des réunions bilatérales et périodiques, analyserons les propositions stratégiques du PCV pour contribuer au bon déroulement des plans et des politiques de l’Etat et du Gouvernement au bénéfice du peuple et la libération du pays, parmi lesquelles :

15.1.Des sujets concernant la banque et le système financier , le commerce extérieur, les finances publiques et le régime fiscal.

Renforcement de l’action d’organisation politique

16.La direction nationale du PSUV et du PCV se rencontreront au moins une fois.

16.2.Le PSUV et le PCV assureront le suivi des gestions régionales et municipales pour qu’elles fassent des politiques efficaces, qui satisfassent es besoins de la population.

16.3.Dans le domaine international, sur la base des zones d’action de chaque organisation, les relations avec les instances qui ont démontré leur solidarité envers le Venezuela et le processus révolutionnaire seront renforcées.

16.4.Dans le domaine de la production, on garantira le soutien des propositions et des projets agro-industriels et de ceux concernant les manufactures en se concentrant particulièrement sur toutes les initiatives du mouvement paysan et communal.

16.5.Le PSUV et le PCV s’engagent à renforcer le mouvement ouvrier et syndical en donnant des facilités aux courants de classe et révolutionnaires et leur coordination avec les entités de l’Etat pour résoudre les problèmes et les conflits concernant le travail ainsi que le respect de tous les droits des travailleurs.

16.6.Seront soutenus tous les projets en relation avec des médias audiovisuels et imprimés qui seraient des initiatives des 2 organisations et des mouvements populaires et des mouvements de travailleurs et contribueraient au combat contre la guerre médiatique et les opérations psychologiques.

16.7.Les organisations politiques favoriseront les relations entre leurs organisations de jeunes : la Jeunesse du Parti Socialiste Uni du Venezuela et la Jeunesse Communiste de Venezuela grâce à la stimulation de propositions émanant d’étudiants, de propositions culturelles, sportives et communautaires pour renforcer les droits de la jeunesse.

16.8.Pour avancer dans le développement des politiques d’alliances PSUV-PCV avec le mouvement populaire révolutionnaire, nous travaillerons pour garantir une formule unitaire de caractère électoral qui garantisse une présence effective et un renforcement de nos organisations aux élections législatives au niveau du pays, des états et des municipalités.

Elections présidentielles

17.Le Parti Communiste de Venezuela, sur la base du présent accord et des divers points de coïncidence avec le Parti Socialiste Uni du Venezuela sur des aspects de la politique nationale et internationale, accepte la candidature de notre compatriote Nicolás Maduro Moros pour qu’à la tête d’une large coalition de forces politiques et sociales patriotiques, populaires et révolutionnaires, en tant que germe de la direction collective et unitaire de ce processus, il représente les aspirations du peuple à la lutte anti-impérialiste, à l’unité latino-américaine et au développement souverain et l’intérêt du peuple vénézuélien. C’est pourquoi nous travaillons ensemble sans préjudice de l’autonomie de chaque organisation pour obtenir une grande victoire le 22 avril 2018.

Source en espagnol : alba ciudad / traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos