Alfred de Zayas, expert de l’ONU: On ne doit pas se comporter comme des juges et des bourreaux

L’expert indépendant des Nations Unies pour la Promotion d’un Ordre International Démocratique et Equitable Alfred de Zayas a affirmé vendredi que les experts et les rapporteurs de l’ONU ne peuvent se comporter comme « des juges et des bourreaux des pays. »
De Zayas a fait cette déclaration pendant la manifestation « Ordre international démocratique et équitable, mesures coercitives unilatérales et multilatéralisme » organisée par les missions permanentes de Bolivie, de Cuba et du Venezuela à l’ONU et l’Association des Juristes Démocrates vendredi au Palais des Nations Unies à Genève.
L’expert a souligné l’importance de la participation de l’ONU et du centre Carter aux élections présidentielles du 20 mai prochain au Venezuela en tant qu’accompagnants et il a appelé instamment à poursuivre le dialogue.
A propos de sa récente visite au Venezuela où il avait été invité par le Gouvernement, De Zayas a déclaré que ceux qui affirment qu’il y a une « crise humanitaire » dans le pays devraient expliquer les causes des problèmes : les mesures coercitives et les sanctions.
« Les sanctions imposées ont aggravé la crise au Venezuela. La main visible du marché et la guerre économique ont un impact sur la qualité de la vie des gens, » a-t-il déclaré.
De Zayas a condamné le fait que certains rapporteurs de l’ONU aient publié en février un communiqué de presse sur le Venezuela basé sur l’idée conçue par certains secteurs de la droite vénézuélienne & internationale et imposée par les médias.
« La déclaration de presse des 4 rapporteurs spéciaux de l’ONU m’inquiète beaucoup. Moi, personne ne m’a consulté bien que je suis rentré du Venezuela depuis 4 jours, » a-t-il souligné. Et il a déploré que dans le texte, il n’y ait pas de propositions constructives mais qu’il soit centré sur la condamnation du Gouvernement.
Pour sa part, le président vénézuélien Nicolás Maduro a renouvelé son invitation au secrétaire général de l’ONU Antonio Gutierres pour qu’il envoie une commission d’observation et d’accompagnement des élections du 20 mai.
De Zayas s’est rendu au Venezuela en novembre 2017 et il y a rencontré des fonctionnaires des agences des Nations Unies accréditées à Caracas parmi lesquelles le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’Agriculture (FAO) et la Commission économique pour l’Amérique Latine (CEPAL),des organismes qui ont affirmé que dans le pays, il n’y a pas de crise humanitaire.
Source en espagnol : TeleSur / traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos