37 partis se présenteront aux élections de décembre

Le Conseil National Electoral (CNE) vénézuélien a annoncé qu’au total 37 partis sont autorisés à présenter des candidats pour les élections locales à venir, fixées au 9 décembre prochain.
La majorité de ceux-ci sont des partis d’opposition, qui disputeront aux chavistes les sièges des conseils municipaux.
Malgré des affirmations internationales selon lesquelles seuls des groupes pro-gouvernementaux peuvent participer, la majorité des partis autorisés sont anti-gouvernementaux, que ce soit au niveau national ou régional.
Onze partis nationaux d’opposition, ainsi que dix partis qui ont récemment soutenu la réélection du Président Maduro le 20 mai, cinq partis indigènes et onze partis régionaux – dont la plupart soutiennent des positions anti-gouvernementales – lutteront pour gagner des sièges dans les 335 conseils locaux, conseils qui actuellement sont largement dominés par les forces chavistes.
Tania D’Amelio, Rectrice du CNE, a tweeté « 37 organisations à finalité politique pourront présenter des candidats aux Elections Municipales du 9 Décembre 2018. Parmi celles-ci, 21 sont des organisations nationales, 11 sont des organisations régionales et 5 sont des organisations indigènes ».
Les déclarations de mardi suivent l’examen par le CNE des statuts des organisations politiques, après qu’un certain nombre de partis d’opposition ont décidé de suivre les instructions de Washington et de boycotter les élections municipale et présidentielle récentes. Ceux parmi les groupements de droite qui ont décidé de participer aux scrutins démocratiques de Décembre 2017 et Mai 2018 ont subi l’opprobre des Etats-Unis et de leurs alliés.
La loi vénézuélienne stipule qu’un parti politique peut voir son statut légal révoqué s’il renonce à participer à deux processus électoraux consécutifs (Art. 27c), et qu’il peut être sujet à un processus de renouvellement par le CNE dans lequel une liste de signatures de ses membres doit être collectée (Art. 26)
Quatre partis d’opposition majeurs – Accion Democratica (AD, menée par Henry Ramos Allup), Voluntad Popular (VP, menée by Leopoldo Lopez et Freddy Guevara), Un Nuevo Tiempo (UNT, mené par Omar Barboza et Manuel Rosales) et Primera Justicia (PJ, mené by Julio Borges et Henrique Capriles) ─ ne pourront pas participer aux prochaines élections, car ils ne se sont pas pliés au processus de renouvellement auquel le CNE les a récemment enjoints de participer.
Parmi les partis politiques nationaux, les groupements d’opposition qui seront habilités à participer en décembre sont : COPEI, Movimiento Al Socialismo (MAS), Avanzada Progresista (AP), Movimiento Ecológico de Venezuela (MOVEV), Unidad Popular Politica 89 (UPP 89) et Cambio. Certains de ces partis ont présenté ou soutenu des candidats aux élections présidentielles du 20 mai, en particulier le plus important d’entre eux, Henri Falcon d’AP.
Ces partis seront rejoints par cinq nouveaux partis politiques anti-gouvernementaux, à savoir la Fuerza del Cambio (FDC), Cambiemos Movimiento Ciudadano (CMC), Acción Ciudadana En Positivo (ACEP), Soluciones Por Venezuela (SPV) et Lapiz.
Dans l’autre camp, on trouve les dix partis de l’alliance qui soutient le gouvernement: le Partido Socialista Unido de Venezuela (PSUV), le Parti Communiste (PCV), Tupamaro, le Movimiento Electoral del Pueblo (MEP – Mouvement Electoral du Peuple), Somos Venezuela (SV – Nous Sommes le Venezuela), Organización Renovadora Auténtica (ORA – Organisation Rénovatrice Authentique), Unidad Popular Venezolana (UPV), Movimiento Politico Alianza Para el Cambio (MPAPC) et Patria Para Todos (PPT).
On ignore à l’heure actuelle si les partis anti-gouvernementaux présenteront des listes unifies de candidats, dans la mesure où ont eu lieu récemment des luttes intestines et des divisions dans leurs rangs. De la même manière, les partis non-gouvernants de l’alliance gouvernementale ont unanimement soutenu la candidature du Président Maduro en mai, et parviennent généralement à un consensus significatif avec le PSUV sur les candidats ; cependant, ils sont devenus, ces derniers mois, de plus en plus critiques envers les politiques du gouvernement et pourront donc chercher à maintenir un nombre plus grand de candidats propres. Des négociations sur des candidats communs sont en cours.
Les candidatures en ligne pour les élections locales à venir sont à présent ouvertes au Venezuela, jusqu’au 19 septembre. Ces élections seront le 25e scrutin depuis 1999, le second cette année, et le cinquième en 18 mois depuis juillet 2017.
Le Président Maduro a ordonné au CNE de « ramener à nouveau des observateurs internationaux du monde entier » en décembre afin de valider le processus électoral, qui a été fréquemment décrit par des missions d’accompagnement électorales comme l’un des « plus sophistiqués au monde».

Merida, 12 septembre 2018 (venezuelanalysis.com).

Source : https://venezuelanalysis.com/news/14047

Traduction : VeneSol