Rencontre avec une blogueuse Polonaise amoureuse du Venezuela

Hania Glowacka s’est lancée dans une aventure à travers tout le pays, malgré les dangers que ses amis en Pologne lui ont racontés, elle n’a connu qu’un seul risque, c’est son désir de rester. FACETAS s’est entretenue avec la blogueuse pour connaître les raisons de son étonnant voyage. 

« Un après-midi, j’ai décidé d’acheter les billets et, sans réserver d’hôtel ni planifier beaucoup, j’ai décidé de venir dans ce beau pays qu’est le Venezuela« , dit Hanna Glowacka, un modèle polonais et blogueuse qui a osé connaître cette nation depuis août cette année. Dans les réseaux sociaux, la scène particulière d’un étranger faisant du tourisme dans notre pays a été révélée, à une époque où le sujet de conversation est la grave crise économique et les conséquences d’une forte émigration. Cependant, pour la Polonaise curieuse de 29 ans, « c‘était le moment idéal pour commencer à connaître le continent américain. Connaître l’Amérique du Sud a toujours été mon grand rêve et quand j’ai commencé à lire sur les pays de la région, j’étais totalement sous le charme du Venezuela grâce au concept du Sistema (Orchestres nationaux et Choeurs de jeunes et d’enfants du Venezuela) ».
Glowacka était la présentatrice de la chaîne Play Station’s Youtube pour la Pologne et combine son travail avec une de ses grandes passions : voyager autour du monde.
Aventure au Venezuela
Avant de voyager, elle s’est faite des amis sur Internet qui ont facilité ses voyages en terre créole. Cependant, Hania a avoué qu’elle est une personne très spontanée qui ne planifie pas beaucoup de choses et qu’elle a rapidement décidé d’acheter les billets et de venir ici.
J’ai préparé mon voyage il y a longtemps. Je savais à quoi m’attendre, à quoi m’occuper, ce qui m’inspirerait (…) mon cœur se brise quand je pense que ce beau pays de gens si gentils, de nature si incroyable, de flore, de faune et de cuisine si délicieuse (viande, viande, viande) a de si gros problèmes économiques » écrit-elle dans son compte Instagram @hania.glowacka le jour de son arrivée à Caracas pour commencer son aventure.
Depuis qu’elle a mis les pieds sur nos terres, elle s’émerveille de la gentillesse des Vénézuéliens. « J’ai visité plusieurs villes et ce que j’aime le plus au Venezuela, ce sont ses habitants, ils sont si simples, ouverts et très joyeux. Très différent du peuple polonais qui est fermé et qui ne parle pas aux étrangers. Ici, tout le monde te parle, te sourit, c’est merveilleux. » dit la jeune femme, qui ne parle pas beaucoup espagnol, mais parle couramment l’anglais.
Pour l’instant, Hanina est passée à: Caracas, Maracay, Tovar, Barinas, Valencia, Tucacas, Choroní, Barquisimeto et Bailadores Estado Mérida.
Comme anecdote, elle a décrit son séjour à Maracay les premiers jours où elle a rencontré un groupe d’enfants qui portaient les couleurs de la Pologne, dans une activité culturelle d’un centre commercial dans cette ville, Glowacka a dit ne pas avoir pu retenir des larmes d’émotion de voir les couleurs de son pays, à tant de kilomètres de distance.
Comment as-tu aimé le pays?
Le modèle est amoureux de nos terres, car elle connaît une nouvelle destination sur notre territoire, son intérêt augmente et son désir de continuer à savoir reste valable :  » Je suis à Caracas, cette terrible Caracas. Tout le monde fait attention à moi, eh bien je suis brune mais ce genre de beauté brune différente, et il y a très peu de gringos ici (on ne voit pas vraiment de gringos) parce que tout le monde est horrifié par ce que j’ai entendu : ils vont te kidnapper au Venezuela, ils vont te tuer et, dans le meilleur des cas, ils vont tout te voler, même tes chaussures. Je marche ici, là, normalement, sans me cacher, sans peur, sans panique, parmi les gens ici, parfois avec un téléphone à la main. Comme dans un bar bon marché avec des gens du coin autour d’une table, et vous savez quoi, personne ne m’a tué, ne m’a kidnappé, ne m’a volé, et au mieux on m’a accordé un regard curieux, un sourire et un intérêt, souvent pour savoir d’où je suis » écrit-elle dans un long texte Instagram.
Le mannequin raconte chacune de ses aventures dans notre pays, ses Instagram Stories sont comme un programme de Valentina Quintero, car il montre chaque voyage qu’elle fait sur nos terres.
« Je ne dis pas que c’est un paradis sur terre et maintenant tout le monde doit venir ici parce que c’est génial (…) Il faut faire attention, avoir des yeux autour de la tête, ne pas aller sans but dans les « mauvais » quartiers, ne pas parader avec de l’or et des diamants, agiter la main avec iPhone X. Toutefois, ces règles de sécurité doivent être préservées dans de nombreuses villes européennes. Sérieusement !« , décrit-elle.
Elle ne se soucie que de profiter de chaque instant qui passe dans les régions du Venezuela :  » Il y a beaucoup de choses qui m’ont marqué dans ce pays. Mais, j’ai essayé d’enregistrer seulement les bonnes choses, tous les pays ont leurs propres problèmes, et de cette réalité, bien sûr, le Venezuela n’échappe pas. Je veux garder leur nature, leurs animaux, leurs fleurs sont tous incroyables et ce sont les choses que j’ai gardées à l’esprit », a-t-elle ajouté.
Les Vénézuéliens, comme les Latinos, sont bruyants, chantent, dansent et sont très sociables, mais ce qui les distingue est leur grande ingéniosité et leur intelligence : ils me rappellent les Polonais dans ce sens. Nous avons aussi réussi à tout avoir dans les moments difficiles, malgré les limites. Beaucoup de choses n’étaient pas disponibles, mais tout le monde en avait. Je suis ensorcelée par la rencontre ici et là, par mon amour pour mon pays et je le respecte beaucoup, à des moments où l’amour de ma propre nationalité et tradition disparaît souvent. J’aime le Venezuela, dit Glowacka dans un post de Barinas.
À chaque arrêt, elle décrit la situation qu’elle a vécue sur notre territoire. Elle ne cache pas la grave crise économique du pays, mais son voyage est plus centré sur ce que, selon elle, « les médias ne parlent pas du Venezuela » : « Mes amis en Pologne m’ont dit que c’était une mauvaise idée de venir, à cause de tout ce qui est dit dans les médias en Europe, la réalité montrée par les médias en Europe est très différente de ce que je trouve ici, bien sûr il ya des endroits dangereux, mais ils oublient aussi à montrer les beaux endroits, la nature magnifique et la spectaculaire de ses habitants« .
Elle souligne : « De tous les problèmes auxquels j’étais préparée, le seul vrai problème était la difficulté des paiements. En raison de l’inflation élevée, les transactions en espèces ne sont pas une option (sauf pour le carburant). La plupart de nos « cartes de paiement » ne fonctionnent pas (et si elles fonctionnent, convertissez la monnaie au taux officiel, ce qui signifie que vous payez plusieurs fois en trop), en outre, l’obligation de payer est de fournir le numéro d’identification que vous devez également prouver à la caisse. Tout va bien, mais il faut plusieurs mois pour lancer une carte comme celle-ci. »
Elle est très active sur Internet et  sur Instagram. Elle répond à presque tous les commentaires des gens qui sont constamment surpris par ce qu’ils considèrent comme une destination « particulière » de l’Europe vers l’Amérique du Sud. Hanna a ouvert sa propre chaîne Youtube où elle enregistre, pour le moment, ses pas à travers Caracas et Valence. « J’ai passé 10 jours à Maracay, puis j’ai décidé de me rendre à Tovar et à Mérida, mais je suis tombé amoureuse de Valence.

Dans son contenu audiovisuel, Hanina a dédié une vidéo pour expliquer la distorsion qui allait changer dans notre pays, ainsi que des épisodes comiques qu’elle a dû vivre dans le pays. Elle a téléchargé 3 vidéos au format’Vlog’ (Video Blog) qui parcourent les rues de la capitale et démontrent sa maîtrise de l’espagnol, un peu limitée, mais efficace.
L’une des choses qui m’ont le plus inspiré au Venezuela, c’est la diversité des climats, par exemple à Tucacas où vous pouvez faire une fête d’été spectaculaire sur la plage et à quelques heures, à Mérida, un endroit très froid où vous devez vous abriter, cette diversité est grande. Je n’ai jamais été dans un pays avec ce genre de choses.
Je suis fascinée par vos fruits, nous ne les avons pas en Pologne, et si nous les avons, ils sont importés, donc ils sont différents des vôtres… Ce qui m’a fait rire, c’est la façon dont ils mangent la banane, je n’avais jamais mangé la banane comme ils le font ici, car nous, en Pologne, c’est juste un fruit qui n’est pas cuit, » dit-elle en disant que c’est l’une des choses qui l’ont surprise dans notre pays.
Hanina a 32.000 admirateurs sur Instagram et après presque trois mois dans le pays, son intérêt à connaître chaque coin semble augmenter. « Combien de temps vais-je rester dans le pays ? Je ne sais pas, je vous ai dit que j’étais une personne assez spontanée, je vais probablement rester encore quelques semaines, mais je serai bientôt de retour dans le pays.
Il manque encore des destinations comme Los Roques et Angel Falls, mais l’état de Zulia sera-t-elle sa prochaine destination ?
Par Jean lucas Bello / Traduction Bernard Tornare pour son blog