Énigmes…

Comment les économistes néolibéraux expliqueront-ils la variation du bolivar de 558.035.614% depuis 2013 ? Nous n’avons pas vu de calculs qui leur permettraient de supporter une telle « dépréciation ». Se pourrait-il qu’ils ne trouvent pas le moyen d’inclure la variable politique « attaque sur la monnaie » dans les théories économiques et donc d’éviter de parler du site internet basé à Miami dolartoday ?
Quelle méthode de calcul les monétaristes utiliseront-ils pour justifier que la valeur de la monnaie est de 500 BsS/US$, si pour cela il faut 21 fois le nombre de bolivars actuellement en circulation dans l’économie ?
Pourquoi insistent-ils sur le fait que la responsabilité de l’hyperinflation incombe au gouvernement qui imprime de la monnaie « non garantie », alors qu’au contraire, le montant de la monnaie par rapport à la taille de l’économie a diminué de 91 % depuis 2014 ? Aujourd’hui, le montant de l’argent par rapport au PIB est de 6%, en 2014, il était de 66%, s’agit-il d’argent inorganique ?
Comment les monétaristes résolvent-ils la contradiction théorique qu’ils rencontrent lorsqu’ils disent que la cause de l’hyperinflation est l’émission de monnaie ? Leur théorie suppose que plus d’argent « inorganique » arrive dans les poches des Vénézuéliens et que, par conséquent, nous exigeons plus de biens et de services, ce qui fait monter les prix à la hausse. Y a-t-il un Vénézuélien qui demande plus de biens qu’en 2013 ?
Les hommes d’affaires et leurs porte-parole ont fait beaucoup d’histoires pour libérer le marché des changes. Ils ont insisté sur le fait qu’ils n’avaient nulle part où échanger leur monnaie et que, pour cette raison, ils ne les avaient pas amenés. Ils ont osé dire que la libération mettrait fin à l’attaque contre le bolivar parce que le capital entrerait en jeu. Maintenant qu’il a été libéré, ils disent qu’ils n’ont pas la monnaie étrangère, ils disent que l’État doit « l’injecter ». Aucun commentaire.
Consecomercio propose des augmentations salariales. Ils ont compris que les Vénézuéliens ont perdu leur pouvoir d’achat et qu’ils ne pourront plus vendre leurs produits, et ils se sont demandé si cette perte était due à l’augmentation des prix, pourquoi ne pas arrêter l’escalade des prix au lieu de demander des ajustements salariaux, pourquoi ne pas se joindre à la campagne contre Dolartoday ?
La guerre économique contre les Vénézuéliens a été déclarée par Donald Trump. Il y a ceux qui le nient encore. L’attitude anti-patriotique de certains sera toujours une grande énigme.
Pascualina Curcio, économiste vénézuélienne
4 décembre 2018 – source : aporrea / traduction : Venesol