Un nouveau plan impérial pour le Venezuela?

Un nouveau plan de déstabilisation est orchestré aux Etats-Unis (USA) contre le Venezuela. C’est le Président Nicolás Maduro qui l’a dénoncé mercredi 12décembre lors d’une conférence de presse devant la presse internationale. « A la Maison Blanche, on prépare un plan pour attaquer la paix, pour m’assassiner, » a déclaré le Président.

Selon des informations fiables des services de renseignement données par le Président vénézuélien, ce plan prévoit :
  • L’entraînement de paramilitaires. Il existe 3 camps qui fonctionnent avec 774 mercenaires colombiens et vénézuéliens dans la municipalité de Tona du Nord de Santander, Colombie, sur la Base Aérienne d’Eglin, en Floride, USA. Et sur la Base Aérienne de Tolemaida, à Melgar, Colombie.
  • Mise en place « d’opérations de faux drapeaux » et de « faux positifs » en Colombie pour justifier une escalade de violence.
  • Agressions et prise de points stratégiques vénézuéliens comme la Base Aérienne Libérateur de Palo Negro (Aragua), la Base Navale de Puerto Cabello (Carabobo) et la Base Aérienne de Barcelona (Anzoátegui) pour faire plier les forces de sécurité du pays.
  • Tentative d’assassinat du Président Nicolás Maduro réélu qui doit être investi pour son nouveau mandat le 10 janvier.
  • Installation d’une Commission de Transition et ensuite d’un Gouvernement dictatorial et intervention de l’Empire.
Les principaux acteurs :
Le conseiller à la Sécurité Nationale des Etats-Unis, John Bolton, a été indiqué comme étant le chef du complot et le Président colombien Iván Duque complice en entraînant les forces mercenaires.
« le monde doit savoir que nous, nous prenons toutes les mesures politiques, de renseignement, militaires (…) pour contrecarrer ces campagnes, neutraliser ces plans qui, de toute évidence, sont des plans d’une autre époque, de la Guerre Froide, du XX° siècle qui a vu tellement de coups d’État et de massacres, » a déclaré le Président Maduro.
Le Président de la République Bolivarienne du Venezuela, Nicolás Maduro, a appelé les fonctionnaires de la Force Armée Nationale Bolivarienne (FANB) à être en alerte pour vaincre les conspirations de l’Empire et maintenir la paix dans le pays. Il a ordonné le déploiement maximum, de la discipline, de l’autorité et de la préparation pour faire face à toute attaque qui porte atteinte à la tranquillité du peuple et à la stabilité du pays.
John Bolton s’est rendu récemment au Brésil pour donner des « missions » au futur vice-président du pays Hamilton Mourao organisation de provocations militaires sur la frontière avec le Venezuela.
Ce plan compte avec la participation et la complicité directe du Gouvernement de la République de Colombie qui, par action ou par omission, a permis que dans une zone de la municipalité de Tona, département du Nord de Santander, se déroule un processus d’entraînement paramilitaire d’un groupe de 734 mercenaires de guerre composé de citoyens colombiens et vénézuéliens dont le but est de les faire passer pour des membres de la Force Armée Nationale Bolivarienne pour favoriser ainsi les faux positifs en attaquant des installations militaires colombiennes et vénézuéliennes pour déchaîner une escalade qui se transforme en conflit armé aux conséquences imprévisibles et mettre en place un scénario qui facilite une intervention militaire au Venezuela.
Il est contradictoire que le Gouvernement de la Colombie s’enorgueillisse de respecter les normes et les coutumes des relations internationales et par contre, ait une conduite anti-diplomatique surprenante et irresponsable de silence et d’absence de communication avec les autorités du Venezuela, méprisant ainsi ses obligations d’État membre de la communauté internationale, face aux situations complexes et dangereuses qui planent sur la longue frontière commune.
Il y a des preuves indiscutables de la participation de fonctionnaires du Gouvernement de la Colombie à la préparation de la tentative d’assassinat du Président Nicolás Maduro le 4 août. A ce moment-là, le Gouvernement vénézuélien a donné des détails pertinents du Plan d’assassinat du Président comprenant la situation, les mouvements logistiques et les individus impliqués sur le territoire colombien. En outre, les auteurs intellectuels de cette opération sont protégés ouvertement par Monsieur Iván Duque qui ne fait pas droit aux demandes d’extradition internationales, contrevenant ainsi aux accords en vigueur en la matière.
Jeudi 13 décembre, le chancelier de la République, Jorge Arreaza, a remis une note de protestation au chargé d’affaires des Etats-Unis (USA) au Venezuela, James Story.
Source en espagnol : Telesur, RL, albaciudad / Traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos