Dix vérités sur l’investiture de Maduro

Granma présente une synthèse dans le but de démonter divers éléments des campagnes médiatiques contre le Gouvernement Bolivarien.

 1- Les élections dans ce pays sont-elles antidémocratiques ?
Même l’ancien président des Etats-Unis, Jimmy Carter, a affirmé que le système électoral vénézuélien est le plus transparent et le plus propre qui ait jamais été vu. Sur les 25 élections qui ont eu lieu au Venezuela en 20 ans, la gauche en a remporté 23 et l’opposition a toujours eu toutes les garanties que la Constitution établit pour le libre exercice de la politique. Aux élections présidentielles du 20 mai 2018, le chavisme a remporté 68 % des suffrages.
2- Pourquoi Nicolás Maduro a-t-il prêté serment devant la Cour suprême et non devant l’Assemblée nationale ?
Normalement, le serment est prêté devant l’Assemblée nationale, mais actuellement, elle est déclarée coupable d’outrage. Le président vénézuélien a donc prêté serment devant la Cour Suprême de Justice, conformément à l’article 231 de la Constitution de ce pays.
3- Pourquoi y a-t-il deux Assemblées au Venezuela, l’une législative et l’autre constituante ?
Ce sont deux figures de la représentation populaire clairement établies dans la Constitution et avec des fonctions spécifiques également contenues dans la lettre de la Constitution. Lorsque le pouvoir législatif a récusé le tribunal de la République, il l’a contraint à prendre une mesure de sauvegarde constitutionnelle – comme l’établit l’article 348 de la Magna Carta de ce pays – qui sera supprimée lorsque l’Assemblée Nationale respectera le droit et acceptera la décision de la Chambre constitutionnelle.
4- Quelle est la position du gouvernement à l’égard de ceux qui s’opposent à lui?
L’opposition dispose de toutes les garanties que la Constitution établit pour le libre exercice de la politique. Maduro a appelé l’opposition à un dialogue politique dans plus de 300 occasions… Sa volonté a toujours été de renforcer la coexistence pacifique de toutes les forces politiques, mais ces efforts de dialogue ont été boycottés par l’ambassade des États-Unis au Venezuela.
 
5- Comment le Venezuela se propose-t-il de sortir du siège sauvage et des sanctions qui lui sont imposées ?
Avec le Programme de Relance Economique, de Croissance et de Prospérité , en 2019, qui a pour but d’accroître la production et la création de richesses diverses pour le pays et la population. L’objectif est que l’économie décolle avec la maîtrise de l’inflation et en menant la bataille contre les sanctions internationales qui ont fait perdre au Venezuela, en 2018, quelque 20 milliards de dollars.
6- Qu’est-il arrivé à un grand nombre de ceux qui ont émigré sous l’influence de la manipulation ?
Au milieu de l’année 2018, de grandes concentrations de Vénézuéliens ont commencé à se produire dans les ambassades et les consulats du Pérou, du Brésil, de Colombie, etc. pour réclamer leur retour dans leur pays. C’est pour cela qu’a été créé le Plan Retour à la Patrie. Plus de 20 000 Vénézuéliens sont déjà revenus.
7- Qui sont les prisonniers politiques supposés au sujet desquels vous êtes attaqués par les médias ?
Dans ce pays, comme dans n’importe quel autre, ont été traduits en justice ceux qui ont été impliqués dans des coups d’État ou des tentatives de coups d’État militaires, et même des tentatives d’assassinats, comme celui du 4 août dernier.
8- Quels sont ceux qui s’opposent à l’élection de Nicolás Maduro ?
[Ceux qui] ont organisé une réunion au Pérou, au cours de laquelle des ministres des affaires étrangères de 13 pays de la région ont adopté une déclaration d’ingérence dictée par Washington et transmise par l’OEA, pour empêcher Maduro d’assumer le mandat le 10 janvier. Le document du Groupe de Lima appelle à réévaluer l’état des relations diplomatiques avec le Venezuela et à empêcher les hauts fonctionnaires du Gouvernement d’entrer sur le territoire des pays membres.
9- Qui a soutenu l’investiture du Président légitimement élu par son peuple ?
Plus de 120 pays, dont Cuba, ont soutenu le Président, ainsi que des organisations internationales, parmi lesquelles on peut souligner celle des Nations Unies, qui ont ratifié la continuité du travail avec le gouvernement vénézuélien.
10- Que pense Maduro de la Révolution cubaine ?
« La Révolution cubaine a marqué la seconde moitié du XXe siècle et est devenue une référence pour tous les peuples qui luttent pour leur liberté, leur dignité et leur souveraineté. Ce petit pays a tenu tête à l’empire, a résisté et résiste (…). Je remercie Chávez parce que, avec Fidel et Raúl, ils ont bâti un nouveau départ pour tout notre continent », a-t-il dit à Ignacio Ramonet lors d’un récent entretien.
 / trad. A. Arroyo (France-Cuba) – 10 janvier 2019