Guaido, le nord-américain exemplaire

Parmi les menaces, la droite fasciste persiste à se maintenir sur la voie du coup d’État, du blocus financier et de l’invasion militaire avec l’approbation de l’empire qui les soutient et les protège. Son programme suicidaire n’a pas d’avenir, ceux d’extrême droite ont été soustraits, ils ont déjà hypothéqué et mis aux enchères tous les actifs du pays dans leurs sombres négociations avec les bourreaux impériaux.

Ils ont brûlé tous les ponts. Ils se gèrent eux-mêmes au bord de la légalité, violant olympiquement la Constitution bolivarienne, en imposant un caractère triste et insipide (un autre sifrino sans sel) comme président usurpateur, sans que personne au Venezuela n’ait voté pour lui et sans que l’une des conditions énoncées par la Constitution soit remplie.
Il n’y a qu’une usurpation vulgaire de la part d’un peuple aliéné et frénétique, guidé exclusivement par la haine et la soif de revanche. Cela ne les dérange pas de balayer l’esprit démocratique du peuple vénézuélien, qui a toujours exercé ses droits politiques au suffrage direct. Pour eux, la légitimité de leur « gouvernement » repose sur la tumultocratie, à être une tendance (thème tendancieux) dans les réseaux sociaux ou à compter sur la « reconnaissance » fallacieuse de l’Empire nord-américain et de ses chiens de poche du Cartel de Lima.
Tout cet acharnement de l’extrême droite créole est protégé par cette débauche impériale, qui consiste à soutenir le coup d’État et à forcer une sortie de force dans le même style que celui appliqué à l’Irak, la Libye ou la Syrie. Dans presque tous ces pays, l’Empire américain a construit des mensonges et de fausses accusations pour justifier ses attaques, invasions et pillages des ressources naturelles.
Cette fois, la méthode est différente. Les Etats-Unis n’ont plus besoin d’inventer autant d’excuses parce que leurs « cipayos » créoles agissent publiquement pour couvrir et justifier tous les excès de l’Empire américain. L’usurpateur Guaido agit librement comme agent impérial, comme porte-parole et partenaire des Faucons gringos, assoiffés de sang. Ne soyez pas surpris qu’il sera bientôt décoré de la médaille de « l’Américain exemplaire » pour ses services extraordinaires à l’empire. Peu à peu, leurs réunions et « agendas » de travail seront révélés, personnellement réalisés avec la haute nomenclature nord-américaine pour concevoir et exécuter le coup d’État. On saura combien de millions de dollars sont entrés dans leurs poches insatiables et cupides.
C’est pourquoi les gringos et leurs laquais sur le continent ne se cachent plus comme avant. Votre nouvelle tentative de coup d’État est ouverte, effrontée, violant toutes les règles et traités internationaux. Il suffit de voir l’aliéné Trump (dont le propre gouvernement est sur le point de s’effondrer à cause de la fermeture du budget) oser faire une déclaration éhontée de la Maison Blanche : « Aujourd’hui, je reconnais officiellement le président de l’Assemblée nationale du Venezuela, Juan Guaido, comme président intérimaire du Venezuela. Pour son agent de guerre, le secrétaire d’Etat Pompeo, de souligner que les Etats-Unis  » maintiendront des relations diplomatiques avec le Venezuela et les conduiront à travers le gouvernement de Juan Guaido, qui a prêté serment mercredi comme Président en charge du Venezuela. Toute une assemblée violant notre souveraineté, notre indépendance, la Constitution et les autres lois de la République. Depuis l’époque de la Capitainerie générale du Venezuela, un empire étranger n’a pas nommé d’autorité sur notre territoire, un grand acte d’effronterie a exécuté Guaido, l’américain exemplaire, piétinant les tombes de nos héros qui nous ont donné liberté et indépendance précieuse. Guaido est un cipayo de l’empire.
Face à tant de harcèlement, des pays amis et divers acteurs mondiaux ont appelé à la raison et à l’arrêt de la confrontation imposée par les Etats-unis. Antonio Guterres, Secrétaire général de l’ONU, a déclaré : « Ce que nous espérons, c’est que le dialogue sera possible et qu’il évitera une escalade qui conduirait à un type de conflit qui pourrait être une catastrophe pour le peuple du Venezuela et pour la région », et il a ajouté : « Les gouvernements souverains ont la capacité de décider ce qu’ils veulent. Pas d’intervention étrangère.
Notre contre-offensive est en cours. Maintenir la paix intérieure par la mobilisation populaire. Et, d’un point de vue international, utiliser la diplomatie de la paix comme le commandant Chavez nous a guidés. C’est pourquoi notre magistrale défense au Conseil de sécurité de l’ONU, où notre pays a obtenu l’appui de 19 pays qui respectent notre souveraineté et sont engagés dans le dialogue et la paix, contre 16 pays, menés par les Etats-Unis, qui continuent à participer à des interventions militaires et à des ingérences étrangères. Eh bien, ils ont été vaincus. Cette instance internationale ne pourra pas être utilisée comme une plate-forme juridique justifiant et soutenant les attaques de l’Empire américain contre notre pays. Le Venezuela a dénoncé, par l’intermédiaire du chancelier Arreaza, que  » la tentative des Etats-Unis de perpétrer un coup d’État au Venezuela est évidente et que cela devrait être condamné par l’organisme « . En d’autres termes, un jour, les Etats-Unis devront payer pour tous les crimes qu’ils ont commis avec leurs invasions sur toute la planète. Plus d’impunité.
 Le coup d’État en développement se poursuit, au point de bouleversements et de menaces croissantes pour l’Empire américain. La droite est en mode goutte à goutte, sans pouvoir surmonter son grave manque de force populaire, de masse. C’est pourquoi ils continuent à inventer des absurdités inapplicables pour attirer leurs adeptes distraits. Sa « Loi d’amnistie » criée ne cherche pas du tout à pardonner aux Chavistes « repentants ». Non, son véritable objectif est de permettre la libération immédiate des criminels reconnus coupables de terrorisme, comme Leopoldo Lopez (leader et mentor de Guaido), afin qu’il puisse se présenter comme candidat à une hypothétique élection présidentielle.
 Les forces révolutionnaires restent actives et déployées. Toujours en contre-offensive pour faire face et repousser chaque nouvelle menace. Nous allons défendre notre indépendance et notre souveraineté nationale.
Par Richard Canan
Titre original : Guaidó, el norteamericano ejemplar / Traduction : blog de Bernard Tornare