Le président Maduro relance la construction du pouvoir communal

Beaucoup de ceux qui condamnent l’impérialisme états-unien ne savent pas, ou parfois ne s’intéressent pas, au fait que le Venezuela construit une démocratie participative avec ses conseils communaux, communes, et toute sorte de formes de pouvoir citoyen. Comme si on ne pouvait défendre ce pays que par défaut, au nom du principe de la souveraineté. Or il y a une sacrée différence entre la patrie de Bolivar et d’autres victimes de la voracité états-unienne.
Non seulement cette démocratie a mené plus d’élections que n’importe quel autre pays en vingt ans, mais elle persiste à vouloir aller plus loin que la forme représentative. Cette construction d’une démocratie participative est l’aspect le plus intéressant pour n’importe quel progressiste. C’est aussi l’aspect où on lit le mieux les contradictions et la tension créatrice entre État ancien et souveraineté populaire. C’est lui aussi qui explique les actions en cours des Etats-Unis pour éliminer le Venezuela bolivarien en tant qu’exemple d’émancipation pour les peuples (au moins autant que la volonté de s’emparer de son pétrole). Alors, pourquoi ne pas sortir de la position défensive et de la “respectabilité” face à la dictature médiatique ? Et oser dire que c’est parce que la liberté du Venezuela est notre liberté, que nous voulons, aussi, le défendre ?
Le 15 avril nous avons publié le témoignage d’un jeune formateur communal, Jesus Garcia, en forme de critiques et propositions pour la politique gouvernementale de construction du pouvoir communal. Le 25 avril, le président de la République bolivarienne du Venezuela Nicolás Maduro, lui a en quelque sorte répondu en lançant un Plan d’offensive communale 2019 : « J’appelle à un débat pratique, théorique, politique et stratégique pour élaborer le plan offensif communal de 2019 et déterminer avec précision les potentialités du pouvoir communal. Vingt jours pour formuler une résolution et des propositions concrètes » . Les conclusions et mesures qui s’ensuivront produiront-elles des effets sociaux et politiques réels ? Une chose est sûre : au Venezuela les initiatives gouvernementales ne sont qu’un des leviers du changement. L’autre dépend de ce qu’on appelle ici la coresponsabilidad du peuple. L’état communal ne peut devenir réalité que si les lois, les mesures, les soutiens économiques du gouvernement sont portés et suivis dans leur exécution par la participation directe des citoyen(ne)s.
Le plan annoncé par le chef de l’Etat, et qui fait partie du plan de gouvernement général 2019-2025, se compose de cinq éléments principaux :
– Organisation et participation citoyennes.
– Circuit économique communal.
– Transformation intégrale de l’habitat.
– Sphère sociale et culturelle (dont l’éducation fait partie intégrante).
– La défense intégrale du pays, avec la participation des équipes populaires de défense.
Le président Maduro lors de l’annonce du Plan de l’Offensive Communale 2019, le 26 avril
Nicolas Maduro a chiffré les ressources pour promouvoir l’économie productive au sein des secteurs populaires à travers l’organisation renforcée des conseils communaux. « Nous devons reprendre l’idée des banques communales comme axe de financement des processus productifs.” Pour concrétiser ce plan, il a approuvé un financement public de 16.557 millions de bolivars, à distribuer de manière équitable, sous la supervision et la vigilance du pouvoir populaire dans tout le pays. Il a également demandé l’intégration de plusieurs missions sociales pour élaborer le plan. « Je veux que ce plan intègre la Mission des emplois pour les jeunes, le Mouvement “Nous Sommes Venezuela” et les 2 millions 200 mille miliciens et miliciennes (volontaires des secteurs populaires assumant des tâches défensives). Nous devons bâtir l’Economie Communale Productive !
Le président a décidé de nouvelles remises de terres agricoles. « 200.000 financements et 250.000 hectares seront donnés au Pouvoir Communal pour promouvoir la production nationale”. Maduro a également annoncé la création de l’Université bolivarienne des Communes dans le cadre de la mission d’enseignement supérieur Alma Mater. Il a invité les organisations citoyennes à présenter ses proposition concrètes pour son exécution : « je vous attends le 15 mai avec un Plan d’offensive communale 2019 et vos propositions concrètes pour nous guider et reprendre l’offensive dans les domaines économique, culturel, social, politique, territorial, militaire ».
Thierry Deronne, Caracas, 26 avril 2019
Source : Venezuela infos