Jorge Rodiguez : « Il faut diversifier notre économie sans toucher au social »

Dans un entretien réalisé pour l’Humanité par Cathy dos Santos, Jorge Rodriguez, ministre vénézuélien de la Communication et chef de campagne du président Nicolas Maduro, candidat à sa réélection, revient sur les raisons de l’échec des pourparlers avec l’opposition, dont une partie concourra au scrutin présidentiel
Lire la suite « Jorge Rodiguez : « Il faut diversifier notre économie sans toucher au social » »

Depuis le Venezuela, des livres à télécharger gratuitement!

Malgré le papier devenu rare au Venezuela comme conséquence de la guerre économique, le Ministère de la Culture à travers la maison d’édition «El Perro y la Rana » offre la possibilité aux lecteurs (hispanophones) de télécharger, de manière gratuite, une grande variété de livres (en fichier PDF) de son catalogue. La page internet « La bibliothèque la plus légère du monde » est conçue dans ce but et promeut la publication d’auteurs reconnus et inédits, promeut la lecture et des outils pour consolider la connaissance libératrice et émancipatrice.

Lire la suite « Depuis le Venezuela, des livres à télécharger gratuitement! »

Malgré le blocus, de bonnes nouvelles sur la politique monétaire au Venezuela

Alors que la fin de l’histoire du populisme latino-américain est annoncée, les gouvernements populaires sentent le pouls, conscient que s’il n’y a pas de fin, c’est ce différend historique. Sans retirer le doigt du bouton de lancement, les institutions financières, les gourous et les médias conservateurs annoncent qu’une pluie de missiles tombera sur l’économie vénézuélienne.
Lire la suite « Malgré le blocus, de bonnes nouvelles sur la politique monétaire au Venezuela »

Jorge Rodriguez : De tous les pays d’Europe, le Gouvernement espagnol est celui qui a émis le plus de communiqués pour agresser le Venezuela

Oui, nous produisons ce que nous mangeons.

Une campagne médiatique et intellectuelle persistante nous représente comme le pays inutile, incapable de produire ce qu’il consomme, totalement dépendant de l’importation et le parasite de l’exportation d’un produit unique, le pétrole, dont les prix nous condamneraient alternativement aux essors du gaspillage et des abîmes de la dépression économique.

Lire la suite « Oui, nous produisons ce que nous mangeons. »