Venezuela : comment se défend une révolution ?

La droite a annoncé son offensive finale. Elle dispose de l’appui direct des États-Unis (son allié régional), des propriétaires fonciers, des grands entrepreneurs, des forces paramilitaires et des grands médias. C’est face à cette coalition de force que doit résister la révolution bolivarienne. Mais comment doit être sa défense ? Quel doit être le rôle du peuple, du chavisme, disposé à ne pas permettre que ce plan de destruction aboutisse ?

Les Brigades de Défense Populaire (BDP) Hugo Chavez
Les Brigades de Défense Populaire Hugo Chávez (BDP) cherchent à être une réponse dans ce sens. Pedro Alvarado, un dirigeant du Courant Révolutionnaire Bolivar et Zamora, candidat à l’Assemblée Nationale Constituante pour le secteur des conseils communaux et des communes, répond sur ce sujet.
Que sont les BDP et pourquoi les avoir créés ?
Les BDP sont un instrument du chavisme de base, qui s’est organisée suite à la progression de la droite fasciste dans les territoires comme Táchira, Apure, Barinas, entre autres. La droite y a commis des actes de vandalisme, des guarimbas, des barrages, des occupations et des incendies. Les BDP s’organisent en réaction à cette nécessité de défendre les territoires, les conseils communaux, les communes, les quartiers populaires, les hôpitaux et les institutions de l’État. Ses actions consistent à les neutraliser, les contrecarrer et à se défendre des attaques de la droite qui pille, brûle, fait des barrages sur les routes nationales, empêche le transport d’aliments, en particulier à l’ouest du pays, dans les états des habitants andins et des plaines.
Les Brigades de Défense Populaire sont nécessaires parce que la droite a projeté d’avancer vers une offensive finale, d’approfondir son Coup d’État continu au travers de la guerre de quatrième génération, en voulant légitimer la violence comme forme de lutte. Il y a des grandes villes comme Barinas, Barquisimeto, Maracay, San Cristobal, et des secteurs de Caracas où la droite a fait de grandes destructions, et nous avons besoin que cette offensive soit neutralisée dans ces territoires. C’est pour cela et dans cette conjoncture politique, où de plus l’impérialisme nord-américain s’est proposé de renverser le gouvernement de Nicolas Maduro et d’annihiler le chavisme, que nous nous sommes proposés d’organiser et de former les BDP.

Qui en fait partie?
Ce sont des chavistes engagés dans la défense de la patrie et des territoires qui les constituent. C’est une initiative du Courant Révolutionnaire Bolivar et Zamora comme mouvement social qui organise des gens pour défendre l’héritage du Commandant Chávez, mais les BDP sont ouvertes au peuple, à tous les chavistes qui veulent se joindre à la défense de la révolution.
Les BDP dépendent du peuple, de son territoire et de la nécessité de défendre ses espaces. Dans les BDP, il doit y avoir des travailleurs, des femmes, des étudiant(e)s, tous ceux qui aiment leur patrie et veulent en défendre ses institutions, espaces et territoires. Dans un premier temps, nous les développons en opération politico – sociale dans les états de Táchira, Apure et Barinas, où nous avons déclaré ces territoires comme libre de « guarimbas » et de fascisme, puisque la droite a essayé d’utiliser Socopó comme point de départ de ses actions. Les BDP sont une avant-garde aujourd’hui et nous les encourageons au niveau national.
Les Brigades de Défense Populaire ont été officiellement installées le 5 juillet à Táchira. Nous allons faire une marche « pour la paix et la constituante du peuple » ce 22 juillet avec une caravane, de Santa Barbara jusqu’à Socopó, pour envoyer un message à l’impérialisme nord-américain et à la droite fasciste : « dans ces territoires il n’y aura plus de guarimbas et terrorisme ».

Source de l’article en espagnol : resumen latinoamericano

Traduction : venesol