Hebe de Bonafini intervient lors d’une session de l’Assemblée nationale constituante

« Je sais que ce sont des jours très difficiles pour vous (les vénézuéliens), mais en voyant les jeunes souriant dans des moments aussi difficile que celui dans lequel ils vivent, me donne du courage pour continuer à me battre (de l’Argentine) et je suis convaincue qu’ils vont sortir de cette situation, parce qu’ils ont appris de Hugo Chávez, à ne pas abandonner le combat », a déclaré l’activiste du mouvement argentin Grand-mères et mères de la Plaza de Mayo, Hebe de Bonafini.

À travers une vidéoconférence diffusée ce jeudi, lors de l’installation d’une nouvelle session ordinaire de l’Assemblée nationale constituante (ANC), l’activiste des droits de l’homme a déclaré que les personnes âgées «sont des jeunes avec beaucoup d’années ; les jeunes posent leurs pieds et nous (les personnes âgées) le corps pour continuer la lutte pour les peuples ».
« N’abandonons pas le combat, même pas pour une seule minute. Nous avons beaucoup à donner et pour eux, la seule chose qui compte, c’est l’argent. Nous nous soucions de la vie, c’est l’autre qui nous importe, l’amour nous importe, les caresses, les regards. Ils ne savent pas nous regarder dans les yeux, ils doivent baisser la tête, honteux… C’est pour cette raison que je vous embrasse de tout mon cœur, et tout se passera très bien, car les peuples le méritent et nous n’arrêtons pas de lutter », a affirmé la militante argentine, qui a été récemment persécutée par les forces répressives du gouvernement de Mauricio Macri.
De Bonafini a ajouté: « La lutte commence tous les matins lorsque nous nous réveillons et elle ne finit jamais, parce que c’est comme la vie. Quand on met toute notre vie en jeu, il y aura toujours un autre qui soulèvera nos drapeaux, et c’est ainsi que se déroule la vie des pauvres ; des pays riches avec des peuples pauvres, parce qu’ils pillent tout. »
Dans le cadre de la séance plénière dédié cette fois-ci aux adultes et personnes âgées, De Bonafini a déclaré que « la vieillesse n’existe pas ».

« Je veux que vous sachiez que je suis sur le point de fêter mes 89 ans, mais j’ai un cœur de vingt ans, bien que mes jambes en ont 200, mais bon, vous pouvez penser même si vous ne marchez pas. Alors, camarades, dans cette belle assemblée constituante, nous ne sommes ni adultes ni majeurs – c’est ce qu’ils disent toujours -, nous sommes des jeunes avec de nombreuses années. C’est ce que nous sommes. Nous sommes très jeunes, car nous avons beaucoup de désir et de force pour la lutte, parce que nous devons construire une Amérique latine libre ».

Enfin, la Présidente des Mères de la Plaza de Mayo a insisté sur le besoin de rêver, de concrétiser nos luttes, comme le voulait le Commandant Hugo Chavez.

Pour sa part, la présidente de l’ANC, Delcy Rodriguez, a remercié la solidarité de cette militante sociale. « Depuis le Venezuela, nous t’envoyons tous nos coeurs, vous représentez pour les peuples du monde un exemple de courage, de ne jamais renoncer, de persévérance, d’engagement et de dévouement pour les enfants de la Grande Patrie », a-t-elle déclaré.

Elle a également indiqué que, lors de cette session plénière, les grands-parents et les grands-mères ont pris le Palais législatif fédéral pour travailler à la consolidation des droits acquis au cours de ces années de révolution pour la population âgée.

Traduction : VeneSol / Source : con el mazo dando & albaciudad