Venezuela & Nicaragua : Notre Amérique unie gagnera

L’impérialisme américain continue de soutenir la droite et l’oligarchie des affaires de la région pour imposer la restauration néolibérale par le feu et l’épée. Chaque jour, leur faux argument de « défense de la démocratie » et des « droits de l’homme » se dissipe et les motifs réels derrière les processus de déstabilisation des gouvernements progressistes latino-américains apparaissent. C’est au tour de notre sœur le Nicaragua, qui se trouve aujourd’hui plongé dans le chaos par des groupes économiques qui soutiennent les intérêts des sociétés transnationales et la droite politique et médiatique pro-impérialiste.
La violence terroriste qui a déjà fait plus de 10 morts n’est pas la réponse aux ajustements du système de sécurité sociale annoncés par le gouvernement sandiniste. C’est une agression orchestrée par des agents économiques internes, avec l’appui de secteurs financés par Washington, qui cherche à mettre fin à la révolution sandiniste dans ce pays d’Amérique centrale.
Notre devoir en tant que révolutionnaires en Amérique latine et dans les Caraïbes ainsi que dans toutes les parties du monde, est de dénoncer ce nouvel assaut, cette nouvelle ingérence qui cherche à saper un gouvernement légitime, démocratiquement réélu avec un large soutien populaire. Il doit être clair pour tout le monde que le Nicaragua est maintenant dans le collimateur de la contre-offensive néolibérale. Nous le savons bien car la mise en scène de ce scénario est presque identique à la vague de violence déstabilisatrice que nous avons connue au Venezuela entre avril et juin 2017.
La plupart des Nicaraguayens veulent la paix et ne permettront pas que leurs droits économiques et sociaux reculent ou que la violence déstabilisatrice s’intensifie. C’est un peuple héroïque qui connaît déjà la douleur d’une guerre civile. Nous sommes convaincus que le Nicaragua reviendra bientôt à la normale sous la direction du commandant Daniel Ortega et grâce à la maturité du peuple. Nous sommes convaincus que grâce au dialogue avec tous les secteurs, elle sera en mesure de surmonter cette situation difficile sans aucune ingérence impériale. Pour ce faire, elle compte sur le soutien solidaire de tous les peuples de nos Amériques.
Les faucons de la Maison-Blanche viennent avec toute leur artillerie pour démembrer l’Amérique latine et piller bientôt ses ressources. Ce qui se passe au Nicaragua, la criminalisation de Lula da Silva et de la gauche au Brésil et en Argentine, les dangers pour le processus de paix en Colombie ne sont que quelques exemples.
Il en va de même pour le coup dur qui s’est avéré néfaste pour l’Union des nations sud-américaines (Unasur), lorsque les gouvernements de l’Argentine, du Brésil, du Chili, de la Colombie, du Pérou et du Paraguay, alliés des États-Unis, ont annoncé la suspension de leur participation à cette organisation. Ceci dans une tentative claire de détruire l’unité latino-américaine construite sous la direction anti-impérialiste du commandant Hugo Chavez et des dirigeants du mouvement révolutionnaire et progressiste de la région.
Cependant l’ Unasur est toujours debout. Malgré le changement politique transitoire dans certains pays qui sont actuellement entre les mains de gouvernements réactionnaires de droite, notre Amérique ne reculera pas et ceci sera garanti par les peuples organisés et conscients, unis sur la base de la conception bolivarienne. L’ administration Trump commencera bientôt à comprendre que le paysage continental a changé à jamais, que nous ne serons plus jamais l’arrière-cour de la Maison-Blanche.
Aujourd’hui plus que jamais, nous devons éveiller la conscience historique des peuples de nos actes héroïques, révolutionnaires et anti-impérialistes qui ont résisté et affronté les tentatives de colonisation et d’assujettissement à travers les âges.
Les luttes de nos peuples pour leur indépendance, leur souveraineté, leur liberté et leur dignité restent valables. Dans ce contexte, il est de notre devoir de nous efforcer de maintenir la voie de l’intégration, de la coopération, de la solidarité, des échanges, du développement et de la justice sociale à l’ordre du jour politique de l’hémisphère. Les ennemis restent les mêmes : le pouvoir impérial et les sociétés transnationales.
Face à cette embuscade, nous nous sommes préparés à la marche redoublée afin de continuer à avancer, imparable, vers la consolidation de notre unité américaine. Ce n’est qu’ensemble que nous défendrons des intérêts communs et ce n’est qu’ensemble que nous parviendrons à surmonter les menaces et les interférences du Nord.
Nous nous félicitons donc de la visite du Président Nicolas Maduro à La Havane pour rencontrer le nouveau Président du Conseil d’Etat et du Conseil des Ministres cubain, Miguel Díaz-Canel, dans un geste qui réitère l`alliance fraternelle entre les deux révolutions.
Cuba et le Venezuela continueront d’être des exemples d’intégration politique et économique pour contrer l’agression impérialiste et la contre-offensive néolibérale dans Notre Amérique. Les peuples gagneront et unis nous ne permettrons pas le retour de ceux qui veulent nous imposer à nouveau la misère, la soumission et l’abandon de notre souveraineté. Aujourd’hui, avec Chavez, nous continuons à dire : « Pour nous, il semble que quelqu’un nous a condamné à 100 ans de solitude et à 100 ans de plus. Mais peut-être, parce que nous avons été condamnés à ces cent premières et à ces cent secondes, alors quelqu’un nous a donné une seconde chance sur cette Terre. Saisissons cette seconde chance et construisons la Patrie de nos enfants! Il faut rendre notre patrie grande et indivisible…! Vive la Patrie latino-américaine et caribéenne!
Avec Chavez toujours!
Vive l’Unité Anti-impérialiste des peuples!
Parti Socialiste Unifié du venezuela
Source en espagnol : PSUV / Traduction Bernard Tornare