La Banque d’Angleterre s’oppose à la demande vénézuélienne de restituer 550 millions de dollars en or

Auparavant, Caracas avait indiqué que le Venezuela cherchait à rapatrier environ 14 tonnes de barres d’or depuis le Royaume-Uni, craignant que ces métaux précieux puissent être affectés par les sévères sanctions états-uniennes contre le pays latino-américain. La Banque d’Angleterre refuse de rendre à Caracas les lingots d’or du Venezuela, d’une valeur approximative de 550 millions de dollars. Citant des sources anonymes, le Times rapporte que des officiels britanniques se référent à des mesures « standard » contre le blanchiment d’argent.
On s’inquiète que M. [Nicolas] Maduro pourrait s’emparer de l’or, qui appartient à l’État, et le vendre pour son bénéfice personnel,” explique le journal. Mardi dernier, deux sources informées ont indiqué à Reuters que le gouvernement vénézuélien tente depuis près de deux mois de ramener au Venezuela son or placé dans les chambres-fortes de la Banque d’Angleterre, mais que l’expédition semble bloquée du fait de difficultés pour obtenir une assurance.
La semaine dernière, Washington a imposé de nouvelles restrictions contre le Venezuela, en visant les exportations d’or du pays, et en accusant le gouvernement de Maduro de « piller » les stocks de métaux précieux du pays en pleine crise économique. Les sanctions, qui visent les individus et les firmes étasuniennes qui font commerce d’or vénézuélien, ont été annoncées la semaine dernière par John Bolton, Conseiller à la Sécurité Nationale étasunienne, qui a aussi qualifié Caracas de membre d’une « troïka de la tyrannie », aux côtés de Cuba et du Nicaragua. Le Venezuela s’est efforcé de devenir un exportateur majeur d’or, il a commencé le processus de certification de 32 champs aurifères, construit 54 usines de transformation, visant à devenir ce qui serait, selon Maduro, « la deuxième plus grande réserve d’or sur Terre.”
Face aux restrictions états-uniennes, le gouvernement vénézuélien a fait un effort pour réduire sa dépendance envers les institutions et les instruments financiers contrôlés ou dirigés par les USA, y compris envers le dollar, est s’est engagé le mois dernier à réaliser ses échanges commerciaux en euros, en yuan, ou en « d’autres devises convertibles ».
Ces dernières années, le Venezuela fait face à une crise économique aiguë, accompagnée d’hyperinflation, de dévaluation de sa monnaie – le bolivar – et de pénuries de biens dans les commerces  – cette crise étant causée par des restrictions dévastatrices de la part des USA mais aussi due mauvaise gestion de la part de la compagnie pétrolière d’état, la PDVSA. Élu pour un second mandat présidentiel en Mai 2018, Maduro a promis de faire de la relance économique une des priorités les plus importantes du gouvernement. Dans la situation difficile que vit son pays, Maduro a fréquemment accusé les USA et la Colombie de comploter afin de renverser le gouvernement Vénézuélien via une invasion ou un coup d’état.
Source: popular resistance / Traduction: VeneSol