Que va-t-il se passer ?

Face au défi historique posé par la tentative de nous imposer de l’étranger, par le chantage et les menaces militaires, un président que personne au Venezuela n’a élu… Il est de notre devoir de patriotes, d’affirmer notre indépendance nationale et notre autodétermination, face à une attaque majeure à la dignité nationale et à notre droit à vivre en paix. Au milieu de cette grave situation, dans les réunions que j’entretiens avec de nombreux secteurs organisés du mouvement populaire, les bases de notre parti et la population en général, même au-delà des forces Chavistes, ils nous demandent : Que va-t-il se passer ?

Nous devons éviter la guerre, préserver notre souveraineté et notre paix dans la dignité. Il est également reconnu qu’aujourd’hui dans notre pays, au-delà de toute différence, il n’y a qu’un seul président constitutionnel dans un gouvernement réel, Nicolás Maduro. De même, il est généralement admis qu’un changement révolutionnaire s’impose dans la situation éthique, politique, économique et sociale que nous vivons actuellement. « Ça ne peut pas continuer comme ça ».
Maintenant, plus important que de prédire ce qui va se passer, c’est dire : que faire ? A partir de ces échanges, quelques propositions de tâches sont également générées, devant toute circonstance, que je vais énumérer :
1. Il est nécessaire de développer le débat le plus large possible au sein de nos familles, de nos communautés, de nos lieux de travail et dans les médias auxquels nous avons accès sur la gravité de la menace à laquelle nous sommes confrontés et que seule la conscience patriotique et la maturité démocratique de la majorité d’entre nous peuvent nous éviter une agression militaire étrangère et une guerre civile, trouvant des solutions qui commencent au plein exercice de la souveraineté populaire. Aujourd’hui, plus que jamais, c’est le temps de la politique, des idées et des arguments.
2. Ne pas faire partie du scénario de la guerre psychologique et des média-mensonges. Il faut bien vérifier l’information, avant de la croire et de la diffuser. La vérité et la sérénité sont fondamentales pour gagner cette bataille pour la paix.
3. Nous devons être reconnaissants, soutenir et diffuser toutes les initiatives de solidarité menées par les organisations sociales, les partis et les gouvernements du monde entier pour prévenir toute intervention militaire dans notre pays et promouvoir des propositions de dialogue, afin que les Vénézuéliens puissent trouver une solution démocratique et pacifique à cette confrontation.
4. Aider la Force armée nationale bolivarienne du Venezuela, dans l’accomplissement de son rôle historique, à être le garant armé de l’indépendance et de l’unité de la nation, de l’intégrité territoriale du pays, de la paix de la République et du respect de la Constitution de la République bolivarienne du Venezuela.
5. Exercer un leadership politique, social, religieux et moral dans les territoires où nous vivons et promouvoir les plus hauts niveaux de solidarité et de coexistence pacifique face à la promotion du fratricide. Au-delà de nos profondes divergences politiques, nous sommes tous vénézuéliens, nous ne sommes pas des ennemis.
6. Planifier la sécurité intégrale sur nos territoires afin de garantir, en toutes circonstances, la vie et la dignité de nos familles et communautés. Identifier les stratégies et les moyens de le faire.
7. Initier, promouvoir ou accélérer tous les projets productifs à l’échelle nationale et communale, en particulier dans le domaine des difficultés alimentaires de base.
Ayons confiance ! Notre volonté majoritaire de paix et notre dignité nationale mettront fin à la guerre et nous trouverons, dans le cadre de notre Constitution, les mécanismes qui nous permettront de surmonter cette atteinte à notre souveraineté nationale et à notre démocratie.
Plus que jamais, la sérénité et la fermeté. La patrie passe avant tout ! La patrie va gagner !
Elías Jaua Milano – PSUV / Traduction : Venesol