Tentative de coup d’État

À l’aube de ce mardi 30 avril, un petit groupe de soldats s’est rendu sur l’échangeur routier Altamira, sur l’autoroute Francisco Fajardo à Caracas, avec le député Juan Guaidó et Leopoldo López (qui a été libéré de la prison domiciliaire par quelques traîtres des FANB) d’où ils ont annoncé à leurs partisans de prendre la rue à Caracas, pour commencer un nouveau coup d’état au Venezuela.

La toile de fond de cette nouvelle tentative de coup d’État est le retrait du Venezuela de l’Organisation des États américains (OEA), le renforcement des alliances géopolitiques avec la Russie et la Chine et la dégonflement indiscutable de Juan Guaidó. Dans une nouvelle tentative désespérée de faire croire qu’il « remplit ses fonctions présidentielles », et qu’il a le contrôle de la FANB (Force Armée Nationale Bolivarienne), il a provoqué cette mobilisation de dernière minute pour essayer de changer le rapport de forces, appelant à un coup d’État via les réseaux sociaux, dans le but de précipiter le chaos, la violence et les angoisses collectives.
Voici notre analyse (de Misión verdad) de la situation en temps réel :
Ravell lance le signal de départ (05:13 am)
À l’aube, l’homme d’affaires et fugitif Alberto Federico Ravell « directeur de la communication présidentielle », a donné le coup d’envoi du coup d’Etat. Il a annoncé que Leopoldo López et Juan Guaidó, ainsi qu’un groupe de soldats, avaient pris « le contrôle de la base aérienne de La Carlota », pour ce qui serait « la phase définitive du coup d’état en cours », désignée par eux comme « la fin de l’usurpation ».
Juan Guaidó prétend être à La Carlota : mensonge (06:00)
Entouré de quelques militaires, Juan Guaidó a indiqué qu’il conserverait la mainmise effective de la base aérienne de La Carlota, tout en appelant à des manifestations pour soutenir une nouvelle tentative d’insurrection ouverte. Quelques minutes après cette déclaration, il a été confirmé que la base de la zone en question est gardée par la FANB et que les acteurs « civils » du coup d’État sont à l’échangeur d’Altamira.
Diosdado Cabello et le haut commandement de la FANB clarifient (06:47 am)
Diosdado Cabello et le ministre de la Défense Vladimir Padrino López ont déclaré que les bases militaires du pays sont calmes alors que le récit du coup d’Etat persiste à faire croire à soulèvement généralisé. L’objectif de la manœuvre d’Altamira est de se présenter, une fois de plus, comme l’épicentre d’un nouveau cycle de violence, en attendant que « l’effet médiatique » mobilise le soutien frontal américain pour soutenir l’opération. Le coup d’Etat est tout d’abord médiatique.
Avertissements du gouvernement national aux putschistes (07h29)
Dans un nouveau contact avec les médias d’Etat, le président de l’Assemblée nationale constituante rapporte qu’ « il y aura un usage progressif de la force. On leur a dit ce que nous allons faire ; à eux de voir ce qu’ils vont faire. Beaucoup d’entre eux sont repartis. Les choses folles n’ont pas leur place dans ce pays. Nous allons les vaincre et ils seront traités comme des complices de coup d’État, qu’ils assument leurs responsabilités ». De même, il a insisté pour appeler le peuple vénézuélien à descendre dans les rues et au Palais Miraflores pour défendre la Constitution bolivarienne.
Duque réaffirme son soutien à l’opération (08h00)
Sur son compte Twitter, le président colombien accompagne l’appel au coup d’Etat, tandis que son chancelier convoque une réunion d’urgence du Groupe de Lima. Tous deux réaffirment non seulement le soutien de l’État colombien à une intervention militaire ou à un coup d’État au Venezuela, mais ils s’emploieront également à créer les conditions d’un tournant international qui préfigure des conditions favorables à la rupture par la force de l’ordre constitutionnel du Venezuela.
Le général de division Ornelas Ferreira ne s’est pas joint au coup d’Etat (08h12).
La journaliste de la chaîne de télévision internationale TeleSUR a rapporté de son compte-rendu sur le réseau social Twitter que les informations que les journalistes de l’opposition avaient filmées plus tôt sur la trahison présumée du général de division Ornelas Ferreira, chef de cabinet de la FANB étaient fausses. Le journaliste a déclaré : « Je viens de parler avec le général de division Ornelas qui a déclaré qu’il s’agit d’une infox ». Je suis au QG avec l’amiral en chef Ceballos. C’est totalement faux. Nous sommes aux côtés du commandant en chef Nicolas Maduro et nous restons fidèles à notre patrie ».
Les forces de l’ordre public avancent pour contrôler la situation à l’échangeur d’Altamira (09h30)
Des détonations de grenades sont enregistrées par les forces de l’ordre dans le secteur d’Altamira, après que Juan Guaidó a appelé à des « manifestations » qui serviraient de boucliers humains aux militaires déserteurs qui sont dans les environs de la base aérienne La Carlota. Rapidement, l’opération a perdu son effet de surprise, ouvrant la voie au chaos de l’agenda communicationnel tout en essayant de générer les conditions de violence qui donneraient de l’air à la nouvelle tentative de coup d’État.
misionverdad / Traduction : Venesol