Appel à la prise de conscience pour le Venezuela

Nous faisons appel à vous, citoyens de tous les pays du monde, vous qui êtes des personnes soucieuses de la liberté et de la justice sociale et qui, comme nous, partagez l’idée que tous les êtres humains ont le droit de vivre en paix, libres et dignes. Peut-être avez-vous le sentiment que la presse vous dit la vérité sur la République bolivarienne du Venezuela et les institutions internationales ont agi conformément aux idéaux de la Charte des Nations Unies et aux Pactes relatifs aux droits de l’homme. Sachez qu’il n’en est rien, on vous a menti, on ne vous a pas donné l’occasion de savoir ce qu’est vraiment le Venezuela, ce qui s’y passe et pourquoi pendant toutes ces années, l’image de notre pays a été déformée.

Ils ont crée la situation que nous vivons actuellement pour l’aggraver avec des mesures coercitives prises par les banques, les grandes industries, les sociétés financières et médiatiques, ainsi que d’autres attaques menées directement par les gouvernements d’autres pays, surtout par celui des États-Unis qui a proposé de sanctionner et d’isoler le Venezuela afin de rendre son gouvernement et ses projets irréalisables. Ce qui se passe au Venezuela a été considéré par Alfred de Zayas, comme un crime contre l’humanité. Toutefois, cet expert indépendant de l’ONU a lui-même affirmé que les médias sont fermés à l’information sur ce qui se passe au Venezuela.
Nous nous tournons donc vers vous, ceux que nous se sentons comme des frères et sœurs des peuples, afin de vous dire la vérité et vous demander de nous accompagner dans notre demande de justice au nom d’un peuple libre et digne qui résiste :
Le Venezuela est un pays habité par trente-deux millions de personnes, situé sur des terres extraordinairement riches en pétrole, gaz, or et eau. Le peuple y a mené un processus d’indépendance de l’Amérique du Sud et a commencé a mener un processus révolutionnaire intense dont on a tenté d’inverser le cours dès le premier moment avec les gouvernements successifs de Washington. Malgré cela, le Venezuela a démontré, en plus de vingt élections, pendant et après deux tentatives de coup d’Etat, sa volonté d’avoir un gouvernement populaire, socialiste et anti-impérialiste.
Le Venezuela a été déclaré par les États-Unis comme une « menace inhabituelle et extraordinaire », il a été financièrement persécuté avec comme conséquence des pertes pour un montant que nous estimons supérieur à l’argent que ce même pays aurait requis pour assurer une éducation universelle pendant 26 ans, à tous les niveaux et dans les meilleures conditions… C’est aussi un pays qui est persécuté sur le plan international, abandonnant les principes consacrés par la loi de Genève et la loi de La Haye, les principes constitutifs des organisations internationales, au point que la Banque de Londres a confisqué ses économies d’or et que les États-Unis ont confié l’administration de ses avoirs à des personnes qui n’avaient pas été désignées par les autorités légitimes élues.
De même, au Venezuela se joue la notion même de démocratie dans son concept même, dans la mesure où il s’agit de déterminer qu’un sujet qui ne s’est pas présenté aux élections présidentielles, donc que personne n’a élu, peut se déclarer président sur la seule base du soutien de Washington.
Mais surtout, le Venezuela, c’est 32 millions d’habitants. Une population menacée quotidiennement par des communiqués de presse et des communications numériques, par des porte-parole américains qui disent qu’ils n’épargneront aucun effort pour tortiller le bras de Caracas et réaliser une Amérique sans Bolivarisme et dont ils disent, comme si la politique internationale était une saga de science-fiction, qu’ils vont utiliser toutes les forces et technologies disponibles à cette fin.
Avant d’être sanctionné, le Venezuela avait atteint le taux d’alphabétisation le plus élevé de la région, le plus haut niveau d’éducation universitaire, le meilleur développement sportif, le niveau le plus bas d’inégalité et le plus haut niveau de développement humain, et nous nous sommes ouverts à fournir du pétrole et des opportunités aux personnes issues des populations les plus pauvres comme celles des pays d’Amérique centrale et des Caraïbes.
Selon la rhétorique de la presse internationale, le Venezuela connaîtrait depuis 2016 une « crise humanitaire », un argument insoutenable car, malgré la crise, les niveaux de faim et de misère qui la caractérisent n’ont pas été atteints. Au contraire, ils omettent  la bataille quotidienne pour éviter la faim alors que des mesures coercitives unilatérales nous sont imposées, des actes d’agression et des actes terroristes sont commis, tels que la destruction partielle du système électrique vénézuélien. Les médias omettent que chaque jour des milliers de femmes et d’hommes du peuple sèment et distribuent de la nourriture de maison en maison, en collaboration avec le gouvernement, et utilisent leur ingéniosité pour maintenir les services publics en activité.
Le Venezuela c’est aussi la mère d’un jeune qui, en 2017, a été brûlé vif parce qu’il semblait être Chaviste et dont sa mort ne fait pas l’objet des récits internationaux, car les responsables du crime sont contraires au gouvernement.
Ces éléments nous permettent de vous informer qu’au Venezuela, il y a un peuple qui réclame à grands cris la reconnaissance de sa capacité à avoir des droits, que ses droits ne sont pas annulés par suffocation financière et, enfin, qu’il existe une justice pour les milliers de cas qui devraient être connus dans le monde.
C’est pourquoi nous avons l’intention de solliciter votre appui pour que le Tribunal Russell ou d’autres instances puissent être convoqués et mis à contribution, pour que la voix du peuple vénézuélien soit entendue, pour qu’il reste une trace des souffrances que notre pays subit du fait d’actes qui sont interdits par le droit international public et qui menacent l’idée que les peuples peuvent définir leur forme de gouvernement et que leurs décisions doivent être respectées par les autres nations.
Nous le faisons parce que nous voulons que l’angoisse que nous avons à vivre chaque jour sous la menace latente d’une invasion militaire, lorsque les décès et les maladies augmentent pour des causes qui pourraient être évitées si le pays pouvait disposer de ses ressources et participer aux marché international, sans oublier que nous comprenons que la seule façon pour le monde d’être meilleur est que, même opprimés, les peuples refusent de se laisser opprimer et nous agissons en conséquence malgré le mensonge permanent des grandes sociétés multinationales dans les médias.
Le Réseau des intellectuels, artistes et mouvements sociaux pour la défense de l’humanité (REDH) – Venezuela.
Contact : @humanidadenred / redintelectualesvenezuela@gmail.com
Soutenu par
Collectif de Psychologues pour le Socialisme
Mouvement du journalisme nécessaire
Mouvement constitutionnaliste bolivarien
Solidaria / traduction : Venesol