Amnesty et les médias. L’opération Condor est relancée au nom des droits de l’homme

La photo est l’une de celles qui suscitent la pitié et l’indignation. Elle montre une femme en détresse sur une chaise. Le téléphone abandonné sur la table à côté de ses lunettes indique qu’elle vient de recevoir une nouvelle catastrophique qui l’a annihilée. Sur le côté, il y a un petit autel commémoratif avec la photo d’un jeune homme disparu, semblable à ceux montrés au Mexique par les mères des disparus, ou en Europe le long des routes pour ceux qui ont perdu la vie à cause d’une trop grande vitesse.
Dans ce cas, cependant, la scène indique qu’il s’agit du Venezuela, représenté par un drapeau à 7 étoiles au lieu de 8, celui de l’opposition antichaviste. C’est une page d’Amnesty International. Le titre, en gros caractères, lève tout doute sur la prétendue « impartialité » de l’organisation : « Venezuela : les crimes contre l’humanité exigent une réponse forte de la justice internationale. »
La directrice pour les Amériques, Erika Guevara Rojas, n’a jamais manqué une occasion d’attaquer le gouvernement bolivarien la tête baissée, avec le puissant outil à sa disposition. Elle renouvelle maintenant l’attaque dans le rapport « La faim pour la justice : crimes contre l’humanité au Venezuela« , construit autour des événements qui se sont produits dans le pays bolivarien depuis janvier 2019. Pas même un petit reproche pour les tentatives déstabilisatrices du coup d’Etat vénézuélien, mais plutôt la dénonciation d’une « politique systématique de répression contre les opposants ou perçue comme telle par le simple fait de manifester ».
C’est une nouvelle confirmation du rôle joué par les grandes agences humanitaires dans la construction d’une opinion publique internationale encline aux intérêts de ceux qui, en fin de compte, détiennent les ficelles de la bourse dans une chaîne de financement direct ou indirect: l’impérialisme américain. Une histoire qui, comme elle est basée sur une rhétorique victimisée et non sur les coûts inévitables des conflits de classe dans un monde d’inégalités, ne voit le blâme que d’un côté. Ainsi, les survivants et les proches des victimes de la violence fasciste au Venezuela (les guarimbas) n’ont pu être accueillis dans aucune section de ces « organes des droits de l’homme ».
La chute de l’Union soviétique a certainement accru le poids des grandes agences humanitaires, d’une manière directement proportionnelle à la perte d’hégémonie de la gauche au niveau européen, du fait du tournant vers la modération, pris par les partis communiste et socialiste. Les agences de sécurité américaines, cependant, travaillaient depuis un certain temps sur les mécanismes du consensus: construire une opinion publique en faveur de la domination capitaliste, qui prévaut maintenant au niveau mondial.
La guerre des quatrième et cinquième générations menée par l’impérialisme contre des peuples qui, comme Cuba ou le Venezuela, sont réticents à chercher leur propre voie, est aussi et fortement de nature culturelle. La plus grande guerre qu’ils mènent contre nous – écrit José Marti – est au niveau de la pensée et c’est précisément au niveau de la pensée que nous devons la gagner.
La guerre qu’ils nous font est le titre d’un livre de Raul Capote, traduit aujourd’hui en Italie par Claudia Proietti et publié par la maison d’édition Red Star Press en collaboration avec l’Association d’amitié Italie-Cuba et Patrie socialiste. Capote, écrivain et professeur cubain qui a infiltré la CIA au nom de son pays, est maintenant rédacteur en chef pour l’étranger à Granma. Après avoir raconté son expérience dans différents livres, il explique ici, dans une perspective historique et avec une solide approche marxiste, comment s’articule la guerre culturelle contre Cuba et au-delà. Les Etats-Unis ont commencé à travailler sur des mécanismes de recherche de consensus au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. La CIA a utilisé l’arsenal d’espionnage des nazis vaincus par l’Armée rouge soviétique. Il a créé un front idéologique à long terme en concevant la culture comme un scénario de guerre psychologique visant à conditionner les esprits et les volontés.
Le projet a commencé avec l’opération Okopera, dont la première tâche a été de démolir la sympathie pour l’idéal socialiste et de répandre la culture et le mode de vie nord-américains à travers l’Europe. Le Congrès pour la liberté et la culture (CLC) a été le principal instrument de cette opération, construite par une organisation basée à Paris et avec le soutien des services secrets français et britanniques. Il a eu des bureaux dans 35 pays, organisé des événements et des conférences au niveau international avec des intellectuels prestigieux (conscients ou inconscients), et a fini par contrôler l’ensemble de l’industrie culturelle occidentale.
Une machine qui s’est affinée au fil du temps grâce à des équipes multidisciplinaires qui ont englobé tous les événements artistiques, créant des organisations et des projets à cette fin. Aujourd’hui, la CLC n’existe plus, mais la CIA n’a pas abandonné sa mission, et l’objectif central reste le même: détruire le socialisme sous toutes ses formes, manipulant les consciences à cette fin.
Cuba est toujours dans le collimateur. Le Venezuela est en vue, en tant que « menace inhabituelle et extraordinaire pour la sécurité des Etats-Unis ». La menace des chemises rouges, portées par des jeunes qui pensent et se perçoivent comme des bâtisseurs d’un monde différent et non comme des hommes frivoles : « sans valeurs, incultes et futiles, rebelles sans motif, esclaves du marché, absolument irresponsables ». Un type humain construit par l’industrie culturelle de manière persuasive et omniprésente: « La vengeance de l’idiot promu par le capitalisme – écrit Capote – est légitimée par l’industrie des relations publiques, par d’intenses campagnes de propagande, par la construction d’icônes et de consensus, par le marché et sa religion et par un égoïsme farouche ». Des campagnes de propagande menées à coups de dollars aussi par la grande industrie de l’humanitarisme, qui renverse des symboles, démolit des figures, des gouvernements et des idéaux en utilisant la rhétorique des « droits humains ».
Guerre culturelle qui prépare des guerres d’un nouveau genre. Il faut un fantasme pervers pour affirmer que les médecins cubains, qui voyagent dans le monde entier sans imposer de « plans d’ajustement structurel » comme le fait le Fonds monétaire international, sont « asservis » par leur propre gouvernement. Pourtant, cela fonctionne. Le sujet est abordé par l' »homo frivolus » occidental, prêt à défendre les « droits de l’homme » de ces médecins qui, séduits par les sirènes du capitalisme, trahissent leurs idéaux: prêts à accepter que le grand cirque de l’humanitarisme dénonce Raul Castro et le Président de Cuba Diaz-Canel devant la Cour pénale internationale.
Définir la démocratie participative vénézuélienne comme une « dictature », qui a organisé 25 élections en 20 ans, est un gros mensonge. Pourtant, cela fonctionne si des organisations « humanitaires » avec une licence d’impartialité le diffusent. Le même schéma s’applique au Nicaragua, et dans le même but: préparer une « réponse forte » de l’impérialisme qui, comme le montre l’invasion de l’ambassade du Venezuela à Washington, peut se permettre de piétiner sans problème la légalité internationale.
Par Geraldina Colotti
Titre original:  Amnesty e dei media. Riparte l’Operazione Condor in nome dei “diritti umani” (di Geraldina Colotti) / Traduction Bernard Tornare pour son blog politique « hugo Chavez »
Source en italien