La situation actuelle du Venezuela à travers la voix des paysans

Le mois dernier, WhyHunger a interviewé Kevin Rangel du Front National Paysan Ezequiel Zamora, membre allié du mouvement mondial La Via Campesina Internacional. Le Front National Paysan est un mouvement social qui se consacre à la promotion des droits des communautés paysannes à travers la souveraineté alimentaire. Avec l’approbation législative d’une loi sur la souveraineté semencière, le Front et d’autres groupes de base au Venezuela consacrent leur énergie à la protection et à la diffusion de l’utilisation des semences locales dans les familles rurales, en utilisant des pratiques agroécologiques. Pour eux, les semences locales et l’agroécologie font partie intégrante de l’édification d’une nation libérée de la faim et de l’exploitation et constituent un moyen de sensibiliser les Vénézuéliens à leur rôle dans la construction d’un monde plus juste.
Les questions et réponses avec Kevin ci-dessous offrent un point de vue d’un agriculteur et d’un organisateur du Venezuela qui diffère à bien des égards des reportages des grands médias.  Kevin remet en question l’image d’une nation en désarroi et dénonce les problèmes de pénurie alimentaire et de migration forcée dans le cadre d’un plan visant à déstabiliser son pays alimenté par les sanctions américaines et autres tactiques des groupes de droite au Venezuela et leurs alliés internationaux.
Quelle que soit l’opinion que l’on se fait du gouvernement vénézuélien actuel, nous pouvons convenir que l’escalade de la violence, la faim et le déplacement forcé de personnes innocentes à des fins politiques devraient être fermement condamnés.  WhyHunger est solidaire des paysans, des petits agriculteurs, des pêcheurs et des peuples autochtones qui luttent pacifiquement pour garantir les droits de tous les peuples à la nourriture, à la terre, à l’eau et aux moyens de subsistance au Venezuela et dans le monde.
Note de la rédaction : L’entrevue ci-dessous représente les opinions et le point de vue d’un agriculteur et d’un organisateur travaillant et vivant au Venezuela, enracinés dans ses expériences.  WhyHunger s’engage à amplifier les voix de ceux qui travaillent en première ligne pour la justice alimentaire et la justice sociale.
Comment vous et d’autres membres du Front national paysan voyez-vous la situation actuelle du pays ?
Le Front National Paysan Ezequiel Zamora (FNCEZ) fait partie du secteur révolutionnaire Bolivar et Zamora, qui est une organisation qui rassemble diverses organisations de base. Tout d’abord, situons-nous dans le moment où la Révolution bolivarienne[1] s’est trouvée. Nous sommes entrés dans une nouvelle phase d’agression contre la révolution bolivarienne – un plan qui est en cours d’élaboration depuis des années, avec différentes étapes et différentes phases, après la mort et la disparition physique du président[Hugo] Chavez. La droite vénézuélienne et les Etats-Unis ont développé différents plans d’agression contre notre souveraineté et contre la tranquillité et la stabilité du pays, tant sur le plan politique qu’économique. Ce plan, ou cette phase du plan, souvent appelée « opération finale », vise à renverser le président constitutionnel légitime de la République bolivarienne du Venezuela, le président Nicolas Maduro, et au-delà, la révolution bolivarienne. Le plan met en lumière l’impérialisme américain et le rôle de l’administration Trump, qui donne directement et ouvertement des directives à la droite vénézuélienne pour développer un plan qui cherche à provoquer une situation de guerre au Venezuela. Nous pouvons dire qu’à l’heure actuelle, le rôle joué par les médias et les grandes agences de presse internationales a été consacré à la construction d’une matrice d’opinion en Amérique latine et dans le monde, selon laquelle il existe un vide de pouvoir au Venezuela.
La droite a toujours eu un intérêt ou a toujours parié sur l’agenda déstabilisateur. Rappelons qu’en 2017, la droite vénézuélienne s’est tournée vers la rue avec une grande violence et qu’il y a eu une longue liste de personnes touchées et tuées ; des gardes nationaux ont été tués, des policiers tués, des chavistes tués, des gens brûlés vifs. Ces actions très violentes dénotent la caractéristique de la droite vénézuélienne, de la contre-révolution et de son caractère fasciste et violent. Aujourd’hui, ils ont l’intention de mener ces actions pour déstabiliser politiquement le pays afin de tenter de placer la région sous le contrôle de l’Amérique du Nord. Derrière ce plan se cache le désir de contrôler les ressources naturelles de notre pays, comme le pétrole, l’or, les ressources en eau et autres minéraux sur lesquels le Venezuela compte [pour sa sécurité économique].
Depuis vingt ans, la Révolution bolivarienne existe au Venezuela. Et ce fut un processus historique transformationnel qui a réussi à rendre la politique et la participation au protagonisme du peuple pour construire un modèle politique qui surpasse la démocratie représentative avec laquelle la droite a régné et avec laquelle l’impérialisme a pillé la richesse du Venezuela pendant plus de quarante ans.
Au cours des cinq dernières années, les Etats-Unis se sont consacrés à saboter directement l’économie vénézuélienne. Elle s’est consacrée à sanctionner et à bloquer les activités financières économiques. Cela a engendré une crise économique énorme au début avec les actions initiées par l’ancien président Barack Obama lorsqu’il a déclaré que le Venezuela était une menace pour la sécurité nationale des Etats-unis. Il est important que les gens du monde entier, et surtout les Américains, comprennent que ce qui se passe au Venezuela, y compris la crise dont parlent les médias et que Mike Pompeo a suggéré au Conseil de sécurité de l’ONU est un exode et une migration des Vénézuéliens vers d’autres pays, a précisément à voir avec le blocus et les sanctions économiques imposés par les États-Unis. Ce qui empêchent notre pays de connaître la même période de paix et de tranquillité que nous connaissons depuis les quinze années passées.
Notre objectif est de développer le secteur agricole de la nation, en renforçant l’appareil productif du pays, y compris la production alimentaire, qui est l’endroit où les paysans du Venezuela ont réussi les plus grandes victoires. La révolution bolivarienne a donné aux paysans vénézuéliens un rôle moteur, participatif et actif et ces acquis ont été affectés par les sanctions, ce sabotage de notre économie. Plus de 350 millions de dollars dans la production de biens et services, ainsi que de denrées alimentaires et d’autres produits nécessaires au développement du pays, ont été touchés.
Les gouvernements nord-américains ont élaboré un plan pour faire de l’Amérique latine leur arrière-cour.  C’est ce plan agressif qui cherche à renverser le président Nicolas Maduro et au-delà la révolution bolivarienne. Mais au-delà de la révolution bolivarienne et du renversement du président, ils veulent prendre le contrôle des ressources économiques du Venezuela – pétrole, or, coltan et les différentes ressources énergétiques dont dispose le Venezuela, en plus de l’une des principales réserves en eau du continent.
Comment la situation (ou un éventuel coup d’Etat) affecte-t-elle les luttes pour la souveraineté alimentaire au Venezuela ?
Le coup d’Etat a un impact sur la lutte pour la souveraineté alimentaire et la réactivation de la production agricole pour garantir l’alimentation sur nos terres. Actuellement, ce qui risque d’être affecté par le coup d’Etat, ce sont tous les gains et les victoires que les paysans vénézuéliens ont réalisés, tous les projets que nous développons depuis vingt ans pour nous élever et créer une culture productive. Rappelons que, pendant quarante ans, le Venezuela a été fait importateur de denrées alimentaires et était dépendant de la production pétrolière [pour sa sécurité économique].
Pendant plus de quarante ans, l’économie vénézuélienne a été fortement tributaire des importations agricoles, bien qu’elle ait été l’un des pays disposant de vastes étendues de bonnes terres pour la production [agricole]. Mais la terre était entre les mains des « latifundios » (grands propriétaires) qui déplaçaient les paysans vers les grandes villes pour travailler dans l’industrie pétrolière. En ce sens, le coup d’Etat affecte non seulement la lutte pour la souveraineté alimentaire, mais aussi les luttes intégrales de la Révolution bolivarienne.
Bien que la Révolution bolivarienne soit un projet qui vise à transformer la réalité vénézuélienne et à faire du Venezuela une puissance économique, une partie des plans que nous avons développés ces vingt dernières années consiste à démanteler la dépendance aux importations alimentaires et à travailler à la construction de la souveraineté alimentaire. Il y a beaucoup de victoires que nous avons eues en tant que paysans au cours de ces vingt années. Nous avons une loi foncière qui a démocratisé la terre pour les paysans. Nous avons mis en place d’importants mécanismes et outils pour soutenir la production des paysans et des petits et moyens producteurs. Nous sommes à un moment où nous devons défendre ces acquis.
Avec la révolution bolivarienne, les paysans ont obtenu de grandes victoires. Aujourd’hui, la révolution dispose d’un cadre législatif, politique et juridique qui vise à construire la souveraineté alimentaire du pays.  Nous avons une réforme agraire, une loi sur les semences qui garantit la production de nos semences indigènes et interdit les semences transgéniques dans le pays, la construction d’un nouveau système national de production agricole qui donne la priorité à l’agriculture familiale et paysanne.  Tout cela pour dire que toutes ces victoires et la possibilité que le Venezuela atteigne la souveraineté alimentaire seraient affectées par les plans impérialistes qui ont l’intention d’ouvrir les portes aux grandes multinationales, dont la Révolution bolivarienne s’était déjà débarrassée au Venezuela.
Notre objectif est de développer le secteur agricole de la nation en renforçant l’appareil productif du pays, y compris la production de denrées alimentaires, là où les paysans du Venezuela ont obtenu les plus grandes victoires.
Quel est votre message aux personnes vivant à l’extérieur du Venezuela ?
Un dernier message : la solidarité avec le Venezuela est importante! L’unité latino-américaine et l’unité anti-impérialiste sont très appréciées, y compris les expressions de solidarité et les actions concrètes pour rejeter l’action militaire de ceux qui vivent dans les pays de gouvernements impérialistes qui luttent contre Cuba, le Nicaragua, le Venezuela afin de « libérer » cette partie de l’hémisphère du socialisme.
Un message clair de solidarité pour s’opposer à ce qui menace toutes les alternatives et pour les peuples du monde qui pensent différemment et cherchent à construire des alternatives, à construire le socialisme.  Avant la folie de la guerre que ce monsieur [Trump] tente d’inciter par l’imposition de son idéologie, nous devons élever l’articulation, l’unité, l’activation du peuple et nous mobiliser pour la défense de la paix. Il est nécessaire de construire de nombreux agendas de mobilisation et d’unir nos luttes pour garantir l’avenir de la planète.
Par  WHYHUNGER
Titre original : The Present-Day Situation in Venezuela Through the Voice of the Peasants / Traduction Bernard Tornare pour son blog politique « Hugo Chavez »
(1) La Révolution bolivarienne est un processus politique au Venezuela qui a été mené par le président vénézuélien Hugo Chavez. La Révolution bolivarienne tire son nom de Simon Bolivar, un dirigeant révolutionnaire vénézuélien et latino-américain du début du XIXe siècle, connu pour son leadership dans la défense de l’indépendance de la majeure partie du nord de l’Amérique du Sud face au pouvoir espagnol. La Révolution bolivarienne cherche à construire une coalition interaméricaine afin de mettre en œuvre la souveraineté politique et économique et de lutter contre les injustices de l’impérialisme, les inégalités et la corruption.
Source en anglais