Amnesty International, propagande de Donald Trump

Peu après avoir rencontré Juan Guaido, Amnesty International a publié un rapport qui se présente comme une tentative à peine déguisée de renforcer, sous l’angle des « droits humains », les menaces militaires de Trump et de ses hommes de main contre le Venezuela.Les rapports d’Amnesty International, de par leur nature, exigent des lecteurs qu’ils aient confiance en leur honnêteté et leur impartialité. Mais il y a de bonnes raisons de ne pas leur faire confiance. Parce qu’Amnesty International a ignoré les graves violations des droits humains en pleine lumière au Venezuela tout en diabolisant les partisans du président vénézuélien Nicolas Maduro.Peu après avoir rencontré Juan Guaido (que Donald Trump et une nouvelle coalition de la volonté à l’irakienne ont oint comme président intérimaire du Venezuela), Amnesty a publié un rapport qui se présente comme une tentative à peine déguisée de renforcer, sous un angle  » droits humains « , les menaces militaires contre le Venezuela de Trump et ses hommes de main.

Le Team Trump, le seul espoir du Venezuela?

Erika Guevara-Rosas, directrice du programme Amériques d’Amnesty International, a déclaré :
La justice internationale est le seul espoir pour les victimes de violations des droits humains au Venezuela. Il est temps d’activer tous les mécanismes disponibles pour prévenir de nouvelles atrocités.
Et le rapport l’indiquait :
Les pays véritablement préoccupés par la situation des droits de la personne au Venezuela devraient explorer l’application de la compétence universelle.
Les allégations d’Amnesty International au sujet du Venezuela sont graves et, si elles sont vraies, méritent d’être condamnées. Mais il y a de nombreuses raisons de remettre en question l’honnêteté, l’impartialité et les déclarations publiques du groupe.
Quelqu’un devrait demander à Amnesty, par exemple, d’énumérer les pays qui sont « véritablement concernés ». Combien de pays qui se sont engagés dans l’armement saoudien comme comme les Etats-Unis, le Royaume-Uni, le Canada et la France figurent sur cette liste?
Alors qu’Amnesty International publie ce rapport, la menace d’une attaque militaire américaine contre le Venezuela déguisée en « aide humanitaire » ne pourrait être plus évidente. Peu importe que le Venezuela reçoive en fait de l’aide étrangère avec l’autorisation du gouvernement Maduro. Le conseiller américain à la sécurité nationale John Bolton et le sénateur Marco Rubio ont à plusieurs reprises proféré des menaces de type mafioso contre les militaires vénézuéliens et Maduro. Depuis 2017 (l’année où il aurait demandé « Pourquoi ne sommes-nous pas en guerre avec le Venezuela ? »), Trump lui-même n’a cessé de menacer une « option » militaire.
Amnesty ignore l’attaque de Trump contre le droit à la santé et à l’alimentation
Dans le même temps, Amnesty International a refusé de dénoncer les sanctions financières de Trump qui sont en place depuis août 2017 et dont l’impact sur l’ensemble de l’économie est dévastateur. À ce jour, les sanctions ont coûté au gouvernement vénézuélien plus de 6 milliards de dollars de revenus dans une économie qui a importé 11,7 milliards de dollars de marchandises en 2018. Avant l’effondrement profond et durable des prix du pétrole (et de la production pétrolière, qui a chuté au début des sanctions), l’économie du Venezuela importait environ 2 milliards de dollars par an en médicaments.
Les gens prennent des boîtes d’aliments de base, comme les haricots, le riz, le thon et le lait en poudre, fournis par le programme gouvernemental « CLAP », qui représente les Comités locaux d’approvisionnement et de production, à Caracas, Venezuela, le 16 mai 2018. Le resserrement des sanctions financières par l’administration Trump étouffe le gouvernement affamé de liquidités alors qu’il s’efforce de nourrir sa population. Ariana Cubillos / AP
Il est important de se rappeler que, dans le cas du Venezuela, Amnesty a été très explicite en qualifiant les problèmes économiques de violations des droits de la personne. L’année dernière, lorsqu’ils m’ont écrit pour refuser de dénoncer les sanctions de Trump, Amnesty a déclaré:
Amnesty International ne prend pas position sur l’application actuelle de ces sanctions, mais souligne plutôt la nécessité urgente de s’attaquer à la grave crise du droit à la santé et à l’alimentation à laquelle le Venezuela est confronté. En ce qui concerne les droits de l’homme, c’est à l’État vénézuélien qu’il incombe de résoudre ce problème.
Comme je l’ai noté aux Canaries, Amnesty a maintenant mis à jour sa position sur les sanctions de Trump. Il demande absurdement à Trump d’être prudent et de « surveiller » l’impact des nouvelles sanctions qu’il a imposées en janvier. Les nouvelles sanctions coupent directement les revenus que le gouvernement vénézuélien tire des ventes aux États-Unis. Le refus persistant d’Amnesty International de reconnaître qu’une attaque dévastatrice contre le  » droit à la santé et à l’alimentation  » vénézuélien se poursuit depuis août 2017 est consternant. Et c’est à lui seul une excellente raison de douter de l’honnêteté et de l’impartialité de leur travail sur le Venezuela. Parce que tout groupe de défense des droits de la personne crédible exigerait la fin immédiate de toutes les sanctions économiques que Trump a imposées.

Crimes violents au Venezuela

Amnesty a également déclaré dans son dernier rapport que :
Les zones les plus pauvres de Caracas et d’autres régions du pays ont été particulièrement touchées et stigmatisées, enregistrant le plus grand nombre de victimes, qui ont ensuite été présentées comme des  » criminels  » tués dans des affrontements avec les autorités.
Il ne fait aucun doute que les forces de sécurité du Venezuela ont commis des crimes. Le gouvernement Maduro l’a concédé. Et des policiers vénézuéliens ont été arrêtés pour des crimes perpétrés lors des violentes manifestations de 2017. En juin 2017, le ministre de la Défense Vladimir Padrino López a publiquement averti les forces de sécurité dans des propos diffusés à la télévision d’Etat qu’il ne voulait pas « voir une garde nationale de commettre une atrocité de plus ». Il s’agissait de la cinquième fois depuis 2002 que les Etats-Unis soutenaient des efforts visant à renverser le gouvernement par la force. Trump est maintenant en tête de la sixième.
Il est également important de se rappeler que les forces de sécurité vénézuéliennes ont été confrontées à un taux très élevé d’homicides (bien avant l’arrivée au pouvoir du gouvernement actuel) et de décès parmi les policiers. Dans le même temps, le pays est en proie depuis des années à de violents manifestants soutenus par les Etats-Unis, qui ont fait des choses comme brûler dans la rue des Afro-Venezueliens et tuer des officiers de police. Et aujourd’hui, elle fait face à la très grave menace d’une invasion américaine qui installerait les groupes d’opposition les plus violents au pouvoir.
Un manifestant de l’opposition brandit un fusil de chasse lors d’une manifestation anti-gouvernementale à Caracas, Venezuela, le 8 mai 2017. Ariana Cubillos / AP
Nous ne pouvons qu’imaginer comment les forces de sécurité d’un pays comme le Royaume-Uni se comporteraient dans les conditions susmentionnées. Des jeunes hommes ont été envoyés en prison en Grande-Bretagne, par exemple, simplement pour avoir écrit des messages sur Facebook qui préconisent des émeutes. J’ai soulevé certains de ces points l’an dernier en réponse à un rapport similaire de l’ONU qui a été présenté par Reuters.
Le problème très réel des homicides au Venezuela (et le problème de l’opposition violente soutenue par les Etats-Unis) pourrait en effet permettre aux forces de sécurité de faire passer les exécutions extrajudiciaires pour de la « lutte contre le crime » ou de la légitime défense. Mais cela peut aussi permettre à des groupes apparemment partisans comme Amnesty de déformer la situation à l’appui du programme de changement de régime de Trump.
Propagande pour une guerre sale contre les partisans de Maduro?
Amnesty a dit dans son rapport que :
Il y a une forte présence de groupes armés pro-Nicolas Maduro (communément appelés « colectivos« ) dans ces zones, où les habitants dépendent dans une large mesure des programmes actuellement limités de l’État pour distribuer les denrées de base.
Encore une fois, les  » programmes limités de l’État  » seraient ceux que Trump attaque violemment par le biais de sanctions depuis 2017. Notez également comment Amnesty considère comme des voyous les pauvres organisés qui distribuent de la nourriture à des millions de personnes – jusqu’à 60% des ménages, selon un sondage d’opinion de l’opposition (Datanálisis). Comme George Ciccariello-Maher l’a expliqué dans We Created Chavez, l’histoire des pauvres qui s’organisent et s’arment (à juste titre) pour se défendre dans les quartiers les plus pauvres du Venezuela remonte à des décennies. Ce n’est pas nouveau.Cependant, ce sont les partisans de Maduro dans les quartiers pauvres et dans les campagnes qui – armés ou non – seront violemment pris pour cible si l’opposition soutenue par les Etats-Unis prend le pouvoir, surtout si elle le fait lors d’un coup d’Etat ou par une invasion américaine. Amnesty semble avoir peu d’intérêt à les « stigmatiser », cependant, et une préoccupation négligeable à propos de l’attaque de Trump contre leur « droit à la santé et à l’alimentation ».Toutes les raisons qui précèdent militent en faveur d’une remise en question de l’intégrité et de l’objectivité d’Amnesty International en ce qui concerne le Venezuela. Et dans l’intérêt de la paix et de la justice, nous devrions exiger d’Amnesty qu’elle respecte des normes beaucoup plus strictes.
Par Joe Emers
bergeringénieur canadien ayant des racines équatoriennes et est membre du syndicat UNIFOR . Il écrit principalement pour Telesur English et Znet.
Source mintpressnews /Traduction Bernard Tornare pour son blog politique « Hugo Chavez »