Les 3.600 mensonges contre le gouvernement du Venezuela

Tous ont fait la une des journaux et des nouvelles entre janvier et fin avril de cette année. Le mensonge, la supercherie, le piège et la simulation ont toujours été une ressource de guerre dans l’histoire de la lutte politique et sociale, celle des classes et celle des États. Ce qui est étonnant, c’est le degré de systématisation atteint au cours des dernières années ou décennies, en particulier depuis la Seconde Guerre mondiale.
Social Media Manager, une société dédiée au Inbound Marketing, a mené une enquête dans des dizaines de médias à travers le monde sur des titres faisant référence au « Venezuela », « Chavisme » ou « Nicolas Maduro ». L’étude a été réalisée entre avril et mai. Le résultat a surpris les chercheurs. Ils sont arrivés à un total de 3.600 fausses nouvelles vérifiées, contrastant dans chaque cas avec les événements survenus. Cette quantité acquiert de la pertinence lorsque nous la localisons dans le temps. Tous ont fait la une des journaux et des nouvelles entre janvier et fin avril 2019. Par rapport à trois cas similaires, par exemple l’Iran, Cuba ou le Nicaragua, le nombre total de mensonges journalistiques sur le Venezuela les dépasse considérablement.
Rappelons que le coup d’État de 2002 contre Hugo Chavez était basé sur une fausse nouvelle : le président avait démissionné de la présidence. Malheureusement, la source était l’un des généraux les plus dignes de confiance de Chavez, fatigué d’une tension nerveuse insupportable à 3 heures du matin qu’il ne savait pas contrôler.
Le président n’avait pas démissionné, mais le dire à la télévision et à la radio avait deux objectifs : paralyser et repousser le mouvement Chavez et légitimer les généraux et les civils putschistes dans « l’opinion publique ». Dans la biographie Qui a inventé Chavez?  Nous avons documenté ce fait curieux qui a été illustré de manière cinématographique dans le film Puente Llaguno. Rayon X d’un massacre.
Ce type de stratagème a été utilisé par les généraux de l’Empire romain il y a plus de trois mille ans contre les peuples et armées ibériques, gaulois et germaniques, selon Perry Anderson. Les presses d’imprimerie que Napoléon Bonaparte avait chargées d’artillerie lorsqu’elle envahit l’Europe et attaquèrent Haïti étaient aussi utiles pour dissuader de croire aux villes ennemies que les canons pour détruire des corps et des bâtiments.
La guerre du Vietnam (1945-1975) a enregistré le degré le plus élevé de systématisation du mensonge en tant que ressource de guerre, comme le montre le documentaire The War Vietnam, des réalisateurs américains Ken Burns et Lynn Novick, diffusé par Netflix. L’ancien président Richard Nixon et son chancelier Henry Kissinger sont restés deux symboles de la tromperie, de la cruauté et de la guerre dans l’histoire tragique du XXe siècle.
En 2014, lors des « guarimbas » (foyers de violence urbaine) au Venezuela, plus de 40 fausses images photographiques des événements ont été reconnues. Chaque image avait pour but de montrer le gouvernement de Maduro comme tyrannique et meurtrier. Ils ont fait la même chose avec la Libye, l’Irak (rappelez-vous les «armes de destruction massive») et en Syrie (l’État islamique).
Par Modesto Emilio Guerrero
Source : FAL33
Modesto Emilio Guerrero est journaliste, écrivain, conférencier vénézuelien. Ex député et auteur d’une biographie de Chavez. Il vit actuellement en Argentine.