L’accord TIAR ouvrirait la possibilité d’une intervention militaire au Venezuela

Le « président par interim » autoproclamé du Venezuela, Juan Guaidó, a annoncé dimanche son intention d’approuver à l’Assemblée nationale l’adhésion du Venezuela au Traité Interaméricain d’Assistance Réciproque (TIAR), un accord de défense militaire signé par les principales puissances américaines, dont les Etats-Unis.

La transition est irréversible, mais il n’y a pas de solution magique. Le TIAR et les autres mécanismes que nous utiliserons exigeront une pression interne et externe accrue. Il est indispensable d’être unis pour obtenir le soutien dont nous avons besoin et assurer son succès « , a déclaré M. Guaidó.

L’article 3.1 de la TIAR dispose qu' »une attaque armée d’un État contre un pays américain est considérée comme une attaque contre tous les pays américains et, par conséquent, chacune des Parties contractantes s’engage à aider à faire face à cette attaque dans l’exercice du droit immanent de légitime défense individuelle ou collective reconnu par l’Article 51 de la Charte des Nations Unies » qui pourrait être utilisé pour justifier une intervention militaire contre le gouvernement du Président Nicolas Maduro.

« Nous avons le droit légitime de développer les capacités et les alliances internationales nécessaires pour protéger et défendre le peuple et notre souveraineté », a-t-il dit. Ainsi, « conformément aux étapes requises », l’AN approuvera le TIAR, et une fois qu’il sera approuvé, » il appartiendra aux autres pays de la région d’apporter leur soutien à ce mécanisme, dont l’approbation finale sera adoptée par l’Organisation des États américains (OEA).

« Il n’y a plus de place pour le doute, il était très clair pour le monde que le Venezuela vit une dictature. C’est pourquoi j’assume ma responsabilité dans les actions que nous allons mener dans tous les mécanismes que nous exerçons, dans le cadre d’une stratégie unique, pour vaincre le changement », a-t-il ajouté.

Pour sa part, le député également de l’opposition Luis Florido a exprimé que, même dans un état d’exil, il approuve et soutient l’adhésion à TIAR. « Bien que je ne préconise pas un conflit militaire pour résoudre cette tragédie, je suis convaincu qu’il faut de la pression et de la détermination « , a-t-il dit.

La Jornada / Traduction : Venesol