Un salaire au Venezuela

Selon la logique de ce qui a été annoncé en août 2018, le salaire minimum au Venezuela devrait être d’au moins 356.110 bolivars et non de 40.000 bolivars.

dessin de José León

À l’époque ils ont dit: 1) que nous aurions deux unités de compte dans l’économie, le bolivar et le petro ; 2) que 1 petro serait équivalent à 1 baril de pétrole (60 $US) ; 3) que le bolivar serait ancré au petro ; 4) que si 1 petro équivaut à 60 $US et que chaque dollar équivalait, à ce moment, à 60 BsS, le ratio bolivar-petro serait 3600 bolivar/petro (60 $US fois 60 bolivar/Petro) ; 5) que le salaire minimum équivaudrait à un demi petro (1 800 bolivar, la moitié de 3 600 bolivar).

Dans un article publié le 29 octobre 2018 intitulé « Paradoxe du bolivar-petro », nous avons averti que cet ancrage n’était pas seulement au petro mais aussi au dollar, de sorte que chaque fois que la monnaie serait attaquée, il y aurait une dévaluation immédiate du bolivar vis-à-vis du petro. Aujourd’hui, ce ratio est passé de 3 600 bolivar/petro à 712 220 bolivar/petro (résultat de la multiplication du taux de change officiel qui s’est donné pour mission de suivre le dollar, 11 870,3 bolivar/US$, multiplié par le prix du petro qui demeure à 60 US$). Le salaire minimum devrait être la moitié de 712 220, soit 356 110 bolivar.

Piégée par la légende monétariste selon laquelle l’argent « inorganique » est la cause de l’inflation au Venezuela, la BCV a décidé de geler artificiellement le rapport Bolivar-Petro à 80 000 et avec lui les salaires. Nous avons dès lors deux marqueurs : celui de 80 000 bolivar/petro publié par la BCV et celui de 712 220,60 bolivar/petro qui est mis à jour quotidiennement au fur et à mesure que la monnaie est attaquée. Celui utilisé pour calculer le salaire minimum est le premier.

Les dogmatiques monétaristes de la Banque Centrale du Venezuela insistent pour ne pas augmenter les salaires et niveler les grilles salariales, faute de quoi il faudrait augmenter la masse salariale pour couvrir la paie du secteur public, ce qui, selon eux, entraînerait une inflation. Il s’avère que la cause de l’inflation n’est pas le volume d’argent. Sinon, comment expliquent-ils que l’inflation depuis août 2018 a été de 53.052% alors que la masse monétaire réelle a diminué de 71% sur la même période ?

Depuis août de l’année dernière, le pouvoir d’achat du travailleur a chuté de 96%. Il est urgent d’augmenter les salaires.

En temps de révolution, c’est du côté des travailleurs que l’on devrait être.

Pasqualina Curcio Curcio

Source : Red Angostura / Traduction : Venesol