Les sanctions américaines sont censées causer des souffrances humaines délibérées

« Voir les autres souffrir fait du bien, faire souffrir les autres encore plus :
c’est un dicton dur mais un principe ancien, puissant, humain, trop humain (…)
Sans cruauté, il n’y a pas de fête. »  
~ Friedrich Nietzsche, De la généalogie de la morale

Pourquoi les gouvernements puissants se délectent-ils de leur capacité à causer des souffrances humaines afin de provoquer un changement politique souhaité? L’Occident, dirigé par les Etats-Unis, est devenu l’initiateur et le procureur de la douleur et de la souffrance délibérées, et continue à promouvoir des politiques qui engendrent l’angoisse et la détresse des innocents dans de nombreux pays. Ces innocents, dont beaucoup d’enfants, crèvent de faim, sont privés de soins médicaux et sont forcés de vivre dans la peur à cause des conditions horribles que leur impose le monde occidental.

Une grande partie de cette agonie est due aux sanctions économiques brutales imposées aux pays qui ne s’inclinent pas devant l’hégémonie connue sous le nom des Etats-Unis. Les élites au pouvoir sont fières de soutenir ces politiques sévères, car elles disent chercher dans ces sanctions odieuses des changements radicaux ou des changements majeurs par tous les moyens possibles de pression. Mais est-ce là toute l’histoire, ou trouvent-ils aussi de la joie dans le festival de faire du mal aux peuples des pays qu’ils revendiquent comme ennemis? Prennent-ils secrètement plaisir à cette cruauté planifiée? Il semble évident que ceux qui mettent en œuvre cette souffrance tirent satisfaction de leur capacité à causer de la douleur pour gagner en puissance.

L’idée de sanctions est devenue la norme. Il est même anticipé et désiré non seulement par la classe politique, mais aussi par de nombreux membres de la population en général. Pourquoi en est-il ainsi? Est-ce dû à de fausses croyances? Est-ce parce que les masses propagandistes craignent que sans ces sanctions, d’autres pays ne se lèvent pour devenir des agresseurs menaçant notre « sécurité nationale » ? Est-ce parce qu’en détruisant les autres économiquement, les Américains croient qu’ils seront plus prospères? Le citoyen moyen croit-il vraiment que les sanctions empêcheront ces pays d’obtenir des armes de destruction massive? Ou est-ce que beaucoup de gens dans la population en général prennent aussi plaisir à être témoins de la souffrance humaine aux mains de leurs dirigeants?

Il y a quelques prétendus dissidents dans les médias grand public, et même certains dans les médias alternatifs, qui parlent de cette question des deux côtés de la bouche. Alors que certains prétendent dénoncer la brutalité de ces sanctions économiques, dans de nombreux cas, elles cachent le récit en invoquant l’excuse que ces sanctions ne sont pas efficaces pour provoquer un changement de régime. S’ils étaient efficaces pour provoquer un changement de régime, cela rendrait-il cette stratégie morale ou juste? Comment un acte de guerre agressif comme celui qui consiste à imposer des sanctions à l’ensemble d’un pays ou d’une région peut-il être justifié parce qu’il pourrait influer sur un changement de régime?

Beaucoup de ces soi-disant défenseurs des droits de l’homme affirment également que même si les sanctions sont prises avec de « bonnes intentions », les résultats ne sont pas positifs. Comment peut-on considérer comme une bonne intention le fait d’affamer délibérément des populations entières, de les priver de soins médicaux, de détruire leurs moyens de survie économique et, d’une manière générale, de décimer leur vie?

Il est utile de comprendre le langage, car ce que les gens disent et écrivent ne doit pas être pris à la légère, il doit être examiné et étudié. Dans la plupart des cas, les gens finiront par dire ce qu’ils veulent vraiment dire, et beaucoup parleront avec une langue fourchue, ou façonneront leur position avec une épée à double tranchant. Excuser un comportement haineux en laissant entendre qu’il n’était que haineux parce qu’il n’a pas atteint un certain but, n’est pas seulement un argument faible, c’est complètement immoral. C’est une façon très courante de prendre les deux côtés d’une question, tout en prétendant faussement qu’il s’agit d’une question élevée. En d’autres termes, c’est un mensonge.

La vérité au sujet des sanctions économiques, c’est qu’elles sont odieuses. C’est l’utilisation intentionnelle du pouvoir et du contrôle par les gouvernements pour brutaliser délibérément une population entière d’hommes, de femmes et d’enfants innocents, dans le but de faire avancer un programme politique. Telle est la définition du terrorisme. Elle se fait sans compassion ni souci de la souffrance de masse qui en résultera toujours. Il s’agit d’une destruction sciemment planifiée de sociétés entières, qui ne peut conduire qu’à la souffrance massive de personnes innocentes. C’est infâme.

Les Etats-Unis, avec l’aide de leurs alliés complices, sanctionnent maintenant des pays du monde entier. Certaines des situations les plus brutales se produisent en Iran, au Venezuela, en Corée du Nord, à Cuba, dans plusieurs pays d’Afrique, en Syrie, au Yémen et bien d’autres bien sûr. Le peuple vénézuélien a été persécuté par les sanctions américaines et meurt littéralement de faim dans les rues. L’économie de l’Iran est dans un état lamentable, car des sanctions économiques terribles y sont appliquées.

Tout cela en sachant pertinemment que des millions de personnes en subiront les terribles conséquences. Il y a la malnutrition, la famine, la maladie, le manque de soins médicaux, le manque de médicaments et, dans de nombreux cas, les familles sont obligées d’abandonner leur foyer et leur pays. Ceci est strictement dû à la pression extérieure des sanctions et de la guerre agressive. C’est une véritable cruauté, mais les attitudes de l’élite dirigeante et de la classe politique ne sont consumées que par l’indifférence. C’est ce qu’ils désirent, c’est ce qu’ils cherchent.

Comment oublier les paroles glaciales de Madeleine Albright lorsqu’elle était secrétaire d’État sous Bill Clinton, alors que l’Irak subissait des sanctions barbares ? Plus de 500 000 enfants de moins de cinq ans sont morts à cause de ces sanctions, et ils sont morts d’une mort horrible. À la télévision nationale, la question posée par Lesley Stahl et à laquelle Albright a répondu d’une manière très calme, calculée et factuelle était la suivante:

Lesley Stahl sur les sanctions américaines contre l’Irak : Nous avons entendu dire qu’un demi-million d’enfants sont morts. Je veux dire, c’est plus d’enfants que de morts à Hiroshima. Et vous pensez que le prix en valait la peine?

La secrétaire d’Etat Madeleine Albright : Je pense que c’était un choix très difficile, quant au prix, nous pensons que cela en valait la peine. »

Le visage actuel du terrorisme américain délibéré est imprégné de sanctions économiques qui causent des souffrances humaines massives. Les sanctions sont des actes de guerre et, lorsqu’elles sont commises par des représentants du pouvoir américain contre tant d’innocents dans le monde, elles sont des actes terroristes. Ces sanctions économiques sont froides, sans cœur et malfaisantes, et ne peuvent mener qu’à la destruction totale du peu qui reste de décence et de compassion humaine dans ce pays déchu qu’est l’Amérique.

Par Gary D. Barnett

information clearing house / Bernard Tornare pour son blog politique « Hugo Chavez »