DynCorp : une entreprise israélo-anglaise pour déstabiliser le Venezuela

Le vice-président du Parti Socialiste Uni du Venezuela (PSUV) Julio Chávez, a dénoncé aujourd’hui la participation active d’Israël dans les plans de déstabilisation du Venezuela. Il a déclaré à la presse que derrière les actions et les faux positifs que la Colombie cherche à créer sur la frontière pour justifier une agression contre le Venezuela, se trouve le conseil du Gouvernement israélien. Il a expliqué que l’entreprise israélo-anglaise Dyncorp qui a opéré au Moyen Orient en tant que sous-traitant de guerre, a ouvert récemment un bureau à Cúcuta et est chargée d’engager et d’entraîner les déserteurs vénézuéliens. 

Mais cette implication de Tel Aviv, n’est pas d’aujourd’hui, elle remonte aux années 50 du siècle dernier, a souligné Chávez. 

A ce sujet, il a évoqué ce que dit la journaliste colombienne Olga Behar dans son livre « L’affaire Klein. Les origines du para-militarisme en Colombie » où elle raconte l’histoire du militaire israélien Yair Klein, une figure clef de la naissance du para-militarisme.

« Ce sinistre personnage, je crois, a entraîné ces groupes et les a renforcées dans la zone de Magdalena Medio pour assassiner des dirigeants populaires et organiser des coups d’Etat dans des pays comme le Honduras, le Panamá, le Liban, tout cela avec la bénédiction du Gouvernement colombien, » a rappelé Chávez.

Depuis lors, a-t-il ajouté, ils agissent en toute impunité grâce aux accords entre Israël et la Colombie avec le financement et la protection de l’oligarchie, que le président « s’appelle Pastrana, Alvaro Uribe o Iván Duque. »

« Il y a une relation étroite avec l’Etat sioniste parce que tous deux font partie de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN), de sorte que nous, nous ne sommes pas mitoyens avec la Colombie mais avec cette organisation, » a déclaré le dirigeant bolivarien.

Il a noté que le budget militaire de la Colombie dépasse déjà les 10.600.000.000 de dollars et que ce sont ces accords avec les Etats-Unis et Israël qui soutiennent la guerre civile que ce pays vit depuis des années et lui apporte des armes.

« A qui le fait que le conflit se poursuive convient-il le plus ? A Washington et à Tel Aviv, le développement de leurs industries des armes n’est un secret pour personne et si la guerre continue, ils continueront à vendre des armes à l’un de leurs principaux associés. »

Prensa Latina– Yadira Cruz Valera / traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos