L’Esequibo met à nu les intérêts des auto-proclamés du Venezuela

Le bureau du procureur général du Venezuela a annoncé vendredi l’ouverture d’une nouvelle enquête contre le député vénézuélien Juan Guaidó pour les intentions présumées de l’opposition de remettre l’Esequibo en échange du soutien politique du Royaume-Uni.

Guayana Esequiba, territoire en dispute

L’enquête concerne également Vanessa Neumann, représentante de Guaidó auprès du gouvernement britannique, et Manuel Avendaño, membre de l’équipe de conseillers du député, qui, lors d’un enregistrement téléphonique daté d’avant l’autoproclamation de l’opposition comme président intérimaire du Venezuela, ont fait part de leurs intentions de négocier ce territoire.

Dans la conversation, présentée lors d’une conférence de presse jeudi dernier par le vice-président Delcy Rodriguez, Neumann assure que l’Esequibo est de Guyane et réaffirme la volonté de changer la position de la nation bolivarienne pour remettre le territoire à ExxonMobil et d’autres sociétés multinationales.

« Nous voulons lancer un appel et une alerte au sujet de ces personnages anonymes membres d’une sorte de cartel, qui apparaissent dans différentes parties du monde, en tant que représentants de ce gouvernement virtuel et usurpateur dirigé par le citoyen Juan Guaidó, où ils ont la prééminence de ne pas avoir à négocier non seulement l’Esequibo, mais aussi Citgo, réserves aurifères du Venezuela et nos comptes bancaires, a déclaré le procureur général du Venezuela Tarek William Saab.

Il s’est également inquiété des nominations faites par l’Assemblée nationale depuis l’arrivée de Guaidó, nominations qui ont été configurées comme un « brevet corse » pour « anéantir nos ressources et les remettre aux puissances étrangères ».

L’Esequibo, d’une superficie de 160.000 kilomètres carrés, a été volé au Venezuela en 1899, lorsque le Royaume-Uni a remis la démarcation au Guyana dans une sentence arbitrale controversée.

Cette extension des terres possède d’importantes ressources pétrolières, gazières, minières, hydrauliques et forestières, d’où un grand potentiel touristique déjà exploité par ceux qui l’occupent.

VTactual / traduction : Venesol