Comment Juan Guaido collabore avec les narco-paramilitaires Colombiens

Le vice-président de Communication du Venezuela, Jorge Rodríguez, a annoncé l’arrestation de l’un des membres du groupe paramilitaire Los Rastrojos qui a été photographié avec Juan Guaidó en février dernier. Rodríguez a montré une vidéo sur laquelle Iván Posso Pedrozo, alias ‘Nandito‘, raconte l’opération destinée à transporter le député de l’opposition vénézuélien Juan Guaidó du Venezuela vers la Colombie à laquelle il a participé. Il a déclaré qu’ils se sont pris des photos avec Guaidó dans le but d’avoir un moyen de pression sur un éventuel Gouvernement de Guaidó afin qu’il laisse le groupe paramilitaire agir librement en territoire vénézuélien.

Le silence des grands médias, les nations qui se taisent devant les liens scandaleux de Guaidó et de ses hommes de main avec le clan du crime, constituent des outrages pour les Vénézuéliens qui ont résisté à la guerre multiforme.

Posso Pedrozo, chargé de collecter l’argent des « impôts » et des enlèvements de l’organisation narco-paramilitaire, a expliqué sur une vidéo enregistrée par les services de renseignement vénézuéliens que ce groupe criminel aurait été contacté, pour réaliser ce transfert, par des envoyés du gouverneur de l’opposition de l’État de Táchira, Laidy Gómez et par Roberto Marrero, un collaborateur de Guaidó arrêté le 21 mars dernier au Venezuela pour ses liens présumés avec « une cellule terroriste » démantelée et en relation avec l’attentat manqué contre le président vénézuélien Nicolás Maduro, en août 2018. 

L’opération à laquelle a participé l’organisation criminelle s’est déroulée le 22 février dernier, date à laquelle le parlementaire devait assister au concert ‘Venezuela Aid Live’, en Colombie, la veille de la tentative manquée de faire entrer de « l’aide humanitaire » en territoire vénézuélien.

À la frontière, l’opposition a signé un pacte avec la narcopolitique colombienne, cherchant à obtenir ce qu’elle n’a pas obtenu avec des voix.

Pourquoi ces photos ?

Posso Pedrozo, arrêté par les autorités vénézuéliennes dans les jours qui ont précédé le 11 septembre, affirme sur la vidéo diffusée vendredi qu’il a fait ces photos du président autoproclamé avec les dirigeants de ‘Los Rastrojos’ parce que ce groupe, auquel on attribue des homicides, du trafic de drogues, de la contrebande, de l’extorsion, avait négocié lors d’une réunion préalable, de faire ces photos comme garantie « sur l’avenir » pour faire pression sur un éventuel futur-Gouvernement de Guaidó afin que le groupe paramilitaire puisse agir librement en territoire vénézuélien.

Pour sa part, Rodríguez a déclaré que les images auraient servi à ‘Los Rastrojos’ pour entrer au Venezuela « pour commettre leurs méfaits. » En effet, ces photos étaient destinées à faire chanter le droite vénézuélienne. » Le ministre de la communication a ajouté que la question se posait de savoir pourquoi faire ces photos avec des membres de l’une des organisations criminelles les plus dangereuses de Colombie? « Ces photos ont été prises car elles étaient destinés à devenir une sorte de garantie. »

Qui est sur ces photos ?

Jusqu’à présent, sur ces photos, on a vu quatre chefs de l’organisation paramilitaire qui ont participé au départ de Guaidó du Venezuela et à son entrée en Colombie :

Albeiro Lobo Quintero, alias ‘Brother‘, qui porte une arme à la ceinture, arrêté en juin.
John Jairo Durán, connu comme ‘El Menor‘..
Iván Posso Pedrozo, alias ‘Nandito, bras droit d’ ‘El Menor’, auteur présumé des photos.

Argenis Vaca, alias ‘Vaquita‘

Jonathan Orlando Zambrano García, alias ‘Patrón Pobre’, qui a conduit Guaidó de La Palmita, dans l’état frontalier de Táchira, jusqu’en Colombie où il a été reçu par les autorités locales.

Guaidó avait affirmé auparavant qu’il ne connaissait aucun des individus avec lesquels il a été pris en photo puisque dès son entrée en Colombie, des milliers de photos ont été prises.

Comment tout a commencé

Le gouverneur d’opposition de Táchira, selon Posso Pedrozo, avait envoyé son bras droit, Loryis Silva Ramírez, qui a demandé que cette opération soit réalisée par Wilfrido Torres Gómez, alias ‘Neco’, le leader depuis 2011 de ‘Los Rastrojos’, il a été arrêté à Valencia (Carabobo) en mars 2019. Cette demande avait été faite au préalable par Marrero, le collaborateur de Guaidó.

La veille du concert, selon ‘Nandito’, ils ont aussi été contactés par la maire de la municipalité colombienne de Puerto de Santander, Henry Manuel Valero Peinado, qui a déclaré qu’il avait été envoyé par le Gouvernement de Colombie pour coordonner l’entrée du député vénézuélien « sain et sauf » dans le pays.

Los Rastrojos assassinent des membres de la famille de l’un de ceux qui a été photographié avec Guaidó

Le Procureur Général du Venezuela, Tarek William Saab, a confirmé jeudi que des membres du groupe paramilitaire Los Rastrojos ont assassiné les membres de la famille de John Jairo Durán Contreras, surnommé “El Menor”, l’une des personnes photographiées avec Juan Guaidó le 23 février dernier, sur la frontière colombo-vénézuélienne.

Lors d’une conférence de presse qu’il a donnée au siège du Ministère Public, à Caracas, le procureur a précisé que Durán Contreras, appartenant à Los Rastrojos, a été l’un des témoins de l’entrée de Guaidó en territoire colombien. « L’hypothèse de l’enquête est qu’ils ont tué ses proches pour le faire taire, pour qu’il ne dise pas ce que le monde sait déjà, les liens étroits entre Juan Guaidó et ce groupe narco-paramilitaire, » a noté Saab. Il a ajouté : « Guaidó est soutenu par ce gang et je suis sûr que ces actions sont coordonnées par le président de la Colombie, Iván Duque. » Saab a lancé un appel aux procureurs pour qu’ils soient attentifs à la distribution des affaires et dans les Cours de Flagrance pour éviter toute déviation de pouvoir.

Bilan

A propos de la lutte engagée par le Ministère Public contre les homicides depuis 2017, Saab a signalé que pendant sa gestion, il y a eu 2.779 condamnations, « parce que c’est le délit dont nous considérons qui mérite que nous le poursuivions et le sanctionnions car qu’il porte atteinte à la vie de ceux qui habitent dans le pays. »

20.979 affaires ont été conclues et 3.653 mandats d’arrêt ont été émis qui ont débouché sur 7.735 actes d’accusation. « Cela parle de l’action constante du Ministère Public sur le terrain. »

Démantèlement d’une base de télécommunications de Los Rastrojos

Samedi 21 septembre, le protecteur de l’état de Táchira, Freddy Bernal, a annoncé le démantèlement d’une base de télécommunications de Los Rastrojos dans le secteur Loma del Viento, à San Cristóbal.

Sur son compte Twitter, il a précisé que 15 appareils de transmission de signal avec une adresse en Colombie ont été trouvés. « La force Armée Nationale Bolivarienne (FANB), dans le cadre de l’opération « Venezuela souveraineté et Paix » et en suivant des pistes importantes, a attaqué cette installation située dans une cabane et contenant des équipements qui couvraient la bande de 160 MHz à 180 MHz”, a expliqué Bernal.

Le matériel saisi est sous la garde de la chaîne de contrôle de la Zone d’Opération de Défense Intégrale Zodi – Táchira.« Nous continuons à respecter notre engagement envers le peuple de Táchira et envers le Venezuela: neutraliser les groupes paramilitaires qui provoquent la violence avec la complicité d’agents antipatriotes.

Deux paramilitaires tués

Le protecteur de l’état de Táchira, Freddy Bernal, a annoncé samedi que lors d’importants affrontements entre les corps de sécurité et le groupe paramilitaire Los Rastrojos, deux criminels avaient été tués et deux autres arrêtés.

« A Táchira, nous continuons à porter des coups précis et incessants pour démanteler Los Rastrojos de la frontière ! Dans la population de La Fría, après des affrontements avec le CICPC, deux Rastrojos ont été abattus et deux autres ont été arrêtés, » a indiqué Bernal.

Selon lui, parmi les victimes se trouve le principal administrateur de l’organisation paramilitaire Germán Chacón Guerrero « El Ruso« , et Luis López Vera, qui ont été attaqués par l’Armée dans le quartier El Paraíso de la municipalité de Hevia- Táchira. « Pendant cette opération, nous avons démantelé une base de télécommunications de Los Rastrojos, dans le secteur Loma del Viento, à San Cristóbal, » a-t-il précisé.

Le cynisme de la presse nationale et internationale n’a aucune limite en essayant de minimiser les preuves des paramilitaires avec Juan Guaido et ils ferment les yeux sur les liens avec le maire corrompu de Santander North, Henry Valero, condamné à 5 ans de prison.

Source : alba ciudad 1, 2, 3 / Traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos

Camilo Andres Pineda Garcia, 19 ans. Ouvrier. Il a été porté disparu après que les Rastrojos l’aient embarqué de force, le 16 août. Il a été emmené au même terrain de football où, en février, des hommes de la présidence de la République Colombienne ont emmené M. Guaidó dans un hélicoptère de l’armée de l’air.