L’USAID finance l’opposition vénézuélienne

L’USAID détourne 41,9 millions de dollars d’aide à l’Amérique centrale pour payer les salaires de l’équipe de Juan Guaidó

L’USAID (Agence des États-Unis pour le développement international) a détourné 41,9 millions de dollars à l’origine destinés à aider les pays d’Amérique centrale pour financer les salaires et la propagande en faveur des proches du député vénézuélien Juan Guaidó. Selon un article publié sur le site américain Monthly Review, l’USAID explique que ce détournement de fonds sert « à payer les salaires, les billets d’avion, la formation au ‘bon gouvernement’, la propagande, l’assistance technique pour la tenue des élections et d’autres projets de ‘construction de la démocratie’ ».

Selon le rapport, on ne connaît pas le montant des salaires, cependant, début octobre, Carlos Vecchio, « l’ambassadeur » nommé par Guaidó, s’est rendu en Floride pour un événement avec la présidente de la Chambre des représentants des USA, Nancy Pelosi, et a voyagé pour rencontrer le vice-président des États-Unis (États-Unis), Mike Pence.

« Les partisans du coup d’État vénézuélien sont payés pour faire pression sur les deux parties sous prétexte qu’ils sont diplomates. Ce prétexte ne s’applique pas à tous les pays qui soutiennent Guaidó en Europe, ainsi en Espagne et en Allemagne », affirme l’article.

Récemment, on a appris que l’USAID a accordé 98 millions de dollars à Guaidó, pour ce qu’ils appellent la « reconstruction de la démocratie » au Venezuela.

L’administrateur de l’USAID, Mark Green, a déclaré que le nouvel accord officialise le partenariat avec l’administration du président intérimaire autoproclamé du Venezuela. « Son gouvernement est le seul qui représente les intérêts du peuple vénézuélien, et nous sommes très fiers de travailler avec lui », a-t-il dit.

L’administrateur de l’USAID, Mark Green, et le représentant de Juan Guaidó auprès du gouvernement américain, Carlos Vecchio, signent un accord pour payer les salaires de l’opposition vénézuélienne en dollars US. Photo : AP

Après avoir reçu cette information, l’ambassadeur du Venezuela auprès des Nations unies, Samuel Moncada, a souligné que ces actions montrent la participation des États-Unis dans les diverses tentatives de coups d’État contre le président Nicolas Maduro, comme le 30 avril dernier. « Trump paie les salaires de ses employés au Venezuela qui prétendent constituer un gouvernement parallèle. C’est la meilleure preuve qu’il s’agit d’une enclave coloniale utilisée pour exécuter un coup d’Etat et piller les biens de la nation », a-t-il écrit sur Twitter.

Ce message a également reçu une réponse du ministre des Affaires étrangères Jorge Arreaza, qui a souligné que le droit vénézuélien est utilisé par les États-Unis comme un outil pour saisir les ressources du pays. « En effet, ces aveux valent preuves. Ils ne sont rien de plus qu’un outil de Washington pour essayer de recoloniser le Venezuela. Mais ils n’y sont pas arrivés et ils n’y arriveront pas ! »

Source : albaciudad / Traduction : Venesol