Une agence bolivienne de résistance contre le coup d’État

Les communicateurs et les journalistes passés aujourd’hui à la clandestinité rejettent par l’intermédiaire de l’Agence bolivienne de Résistance (ABR) le coup d’Etat contre Evo Morales, et dénoncent la violence du gouvernement de facto.

La nouvelle Agence bolivienne de la Résistance a été créée comme un reflet militant de l’offensive médiatique du coup d’Etat bolivien et comme une alternative communicationnelle qui dénonce, analyse et raconte ce qui se passe dans le pays

L’ABR constitue une alternative communicationnelle pour exposer, analyser et raconter la réalité du peuple bolivien, au milieu d’une offensive médiatique putschiste, de répression de l’armée et de la police.

Des professionnels d’Argentine et d’autres régions d’Amérique latine participent à la production de contenus journalistiques, un signe de solidarité active des médias populaires, démocratiques et anti-impérialistes.

ABR présente une rédaction mobile et clandestine en Bolivie et une autre dans la ville de Buenos Aires, dans le but de diffuser des vidéos, photos, textes et autres documents sur les réseaux sociaux, facebook, instagram et twitter (@AgenciaBoliviaR).

Ces documents reflètent les violations des droits de l’homme et brisent le silence informatif établi par le gouvernement de facto, par le biais d’un bulletin distribué exclusivement dans les principales villes boliviennes.

L’ABR repose sur les enseignements du journalisme militant de Rodolfo Walsh :  » La terreur est basée sur l’incommunication. Brisez l’isolement. Ressentez à nouveau la satisfaction morale d’un acte de liberté. Au diable la terreur. Faites circuler cette information. »

En raison des événements, ABR construit ses outils et ses supports technologiques dès le début, et compte sur la solidarité active d’autres médias populaires, démocratiques et anti-impérialistes, dont l’Agence journalistique de Buenos Aires (AgePeBa).

De même, des vidéos, des photos, des articles et autres documents circulent également à partir des comptes des réseaux sociaux issue de la Résistance > twitter / instagram / Facebook