Même Pinochet n’a pas osé

Le Mexique a dénoncé la Bolivie devant la Cour pénale internationale. La police et les militaires du gouvernement de facto de Jeanine Áñez poursuivent l’encerclement de l’ambassade et de la résidence de l’ambassadrice du Mexique à La Paz. L’agression du gouvernement de facto a commencé le 23 décembre, en violation du droit international afin d’intimider ceux qui sont réfugiés dans l’ambassade.

siège contre l’ambassade du Mexique à La Paz et la résidence de l’ambassadeur

Le Mexique a dénoncé le gouvernement de facto de la Bolivie devant la Cour pénale internationale (CPI) pour le siège de son ambassade à La Paz. Le gouvernement mexicain a assuré que l’agression déclenchée par le gouvernement de la présidente autoproclamée Jeanine Áñez représente une violation claire du droit international.

Le président mexicain Andres Manuel Lopez Obrador a déclaré que les actions d’encerclement de l’ambassade de son pays menées par le gouvernement de facto de la Bolivie représentent des tentatives d’intimidation et violent le droit diplomatique de son pays de maintenir l’asile accordé aux dirigeants du MAS qui s’y étaient réfugiés après le coup d’État du 10 novembre. « Nous espérons qu’ils vont se reprendre, respecter le droit d’asile et éviter toute tentation de violer notre souveraineté en voulant entrer dans notre Ambassade. Même Pinochet n’a pas fait ça. J’espère que le bon sens l’emportera, que la politique l’emportera avant tout ».

Au cours de la même conférence de presse, le ministre des Affaires étrangères du Mexique, Marcelo Ebrard, a expliqué que « le 23 décembre, environ 90 représentants de la Police et de l’Armée sont apparus devant l’Ambassade et la Résidence, sans que leur présence n’ait été demandée. Pour vous donner une idée, ils ne sont généralement pas plus de six et soudain, il y en avait 90 ».

« Les autorités de facto de ce pays ont été contactées pour leur faire part de l’inquiétude du Mexique face à ce déploiement. Des contacts ont également été pris avec les Nations Unies et d’autres institutions et organismes internationaux. Dans quel but ? Pour assurer le respect de la Convention de Vienne sur les relations diplomatiques, qui régit le comportement et les obligations de chaque pays en ce qui concerne les sièges diplomatiques dans chacun des pays, ainsi que le Pacte de Bogota ».

Le Ministre Ebrard a en outre ajouté : « Comme nous n’avons pas reçu de réponse conforme aux principes internationaux de respect et de garantie de l’intégrité des sièges diplomatiques, considérés comme faisant partie du territoire national des pays qu’ils représentent, le Mexique soumet aujourd’hui un recours devant la Cour pénale internationale pour violation des obligations diplomatiques ».

Il a de plus demandé « que les installations soient respectées et que leur intégrité soit préservée, ainsi que celle des personnes qui se trouvent dans l’Ambassade et dans la Résidence ». « Nous mettons en place des liens avec l’ensemble de la communauté internationale car, même dans les pires moments des coups d’État militaires des années 1970 et 1980, l’intégrité des installations des ambassades du Mexique ou de leurs résidences n’a pas été mise en danger. La communauté internationale toute entière reconnaît le respect du droit d’asile et les décisions souveraines de chaque pays concernant son application. Par ailleurs, il n’existe aucun droit qui permet à quiconque de violer le siège diplomatique d’un autre pays », a déclaré M. Ebrard.

Hector Bernardo

Diario contexto / Traduction : Venesol

L’opération de siège, les armes à la main, à l’ambassade du Mexique en Bolivie où les dirigeants politiques sont isolés et où ils ne laissent pas les fonctionnaires de l’ambassade d’Espagne partir. Le Mexique déposera une plainte auprès de la Cour des Nations Unies.
Un groupe d’extrême droite a attaqué aujourd’hui la voiture diplomatique espagnole, dans la riche Zona Sur de La Paz. Les diplomates ne sont plus en sécurité en Bolivie.
Le régime fasciste de @JeanineAnez envoie un groupe de paramilitaires pour assiéger l’ambassade du Mexique à #Bolivia , ce groupe de fachos menace d’entrer dans l’ambassade protégée par les forces armées