Evo Morales a remporté les dernières élections présidentielles en Bolivie, selon une étude américaine

Le décompte des voix une fois achevé en Bolivie, Evo Morales remporte sa réélection avec 47,07%. L’opposition accuse Morales de « mener un coup d’État » avec « une fraude monumentale ». Morales, pour sa part, affirme que Mesa prépare un coup d’Etat contre lui avec le soutien international afin d’ignorer sa victoire. La pression internationale s’accroît également. L’Organisation des États américains (OEA), l’Union européenne, les États-Unis, l’Argentine et la Colombie ont appelé à un second tour pour rétablir « la crédibilité du processus électoral ». Un prétendu changement dans la projection du vote entre dimanche et lundi après une interruption inexpliquée de 24 heures dans la transmission des décomptes a alimenté les soupçons de fraude…

Plusieurs experts l’avaient déjà souligné. Et maintenant, elle est confirmée par le prestigieux Institut de technologie du Massachusetts (MIT) aux États-Unis. Après une analyse rigoureuse, les chercheurs du MIT ont montré que les élections présidentielles boliviennes d’octobre dernier ont été favorables à Evo Morales. S’ils n’avaient pas été interrompus, le leader du Mouvement vers le socialisme « aurait pu s’attendre à un avantage d’au moins 10,49 points sur son concurrent le plus immédiat », déclare le MIT, et rejette également le rapport précaire présenté par l’Organisation des États américains (OEA) pour soutenir la version d’une prétendue fraude statistique et légitimer la sortie d’Evo Morales du pouvoir.

Le laboratoire des sciences et des données électorales du MIT a étudié la tendance du vote avant et après l’interruption du comptage rapide de 84 %. C’est à ce point de pourcentage que les adversaires de Morales – qui avaient huit points d’avance sur son principal concurrent, Carlos Mesa – ont interrompu le décompte, dénoncé la fraude présumée et ainsi tronqué le passage au second tour de l’élection.

Lorsque le décompte a repris, Morales a même atteint dix points au-dessus de Mesa, assez pour être réélu au premier tour. Cependant, un plan de coup d’État militaire avait déjà été mis en place, et les élections ont donc été annulées et Morales a été contraint de quitter le pays par l’alliance entre les militaires et les ultra-conservateurs. En conséquence, un gouvernement de facto a été installé dans le pays voisin, dirigé par Jeanine Áñez.

L’enquête rigoureuse du MIT, publiée hier par le Washington Post, a également intégré près de 1.000 simulations dont les résultats, après une pause, ont permis de prévoir le scénario final. « Nos résultats sont clairs. Il ne semble pas y avoir de différence statistiquement significative dans la marge avant et après l’interruption du comptage préliminaire », conclut le MIT.

Une autre conclusion du rapport critique l’analyse et la déclaration de l’OEA comme étant « profondément défectueuses ».

Wayka / Traduction : Venesol