En plein délire, Juan Guaidó appelle les Chavistes à rejoindre son gouvernement d’urgence national

Le discours offensif de l’autoproclamé président du Venezuela se dissipe progressivement, non pas qu’il a renoncé a ses projets de coup d’État, mais parce qu’en pleine crise sanitaire mondiale, de nouvelles actions déstabilisatrices ont été révélées, beaucoup plus compromettantes que celles dévoilées en 2019.

Guaido n’a pas le contrôle des institutions pour mettre en œuvre les services de base pour les hôpitaux, il n’a pas le contrôle de l’armée pour garantir l’arrivée des fournitures, et les fonds de l’État sont volés systématiquement sans en rendre les comptes. De plus, cette proposition viole l’article 137 de la Constitution car il n’y a pas de Conseil d’État conjoint pour gouverner.
Avec Guaido, tout n’est que show…

Juan Guaidó aura surpris tout le monde ce samedi lorsqu’il a appelé à la « formation d’un gouvernement d’urgence national et à la mise en œuvre du plan José María Vargas avec des mesures urgentes pour faire face à l’urgence ». Ce volte-face peu familier chez lui, à un moment aussi sensible que le présent, pourrait lui permettre de rester un peu plus longtemps sous les feux des projecteurs.

Rions un peu : Fake versus réalité

Fake 1 : « …Ce gouvernement (d’urgence) ne peut être dirigé par quelqu’un accusé de trafic de drogue et de terrorisme, mais il ne peut pas non plus être formé uniquement par les forces que nous représentons. Il doit être large, incluant tous les secteurs politiques et sociaux… » (dixit)

La réalité : Le Venezuela est un État démocratique, le gouvernement de Nicolás Maduro est légitimé par le vote populaire ; Juan Guaidó ne possède pas l’autorité morale ou institutionnelle pour former « un gouvernement d’urgence » et a fait preuve d’une grande hostilité aux efforts de dialogue et à toutes les forces politiques qui s’opposent à lui.

Fake 2 : « …Nous préparons le plan José María Vargas : entrée de fournitures pour les médecins, les infirmières et les hôpitaux ; arrivée de l’aide alimentaire et allocation directe d’argent aux familles qui dépendent de la débrouille pour rester chez elles… »

La réalité : La levée définitive des mesures coercitives unilatérales, qu’ils ont encouragées, est la seule véritable solution aux problèmes économiques actuels, le reste n’est que chantage.

Fake 3 : « Nous remplirons toutes les obligations envers les autres nations, quelle que soit leur position politique. La Force armée nationale doit mettre son pouvoir au service du peuple et garantir la stabilité. Les acteurs politiques de l’État doivent mettre les ressources politiques, la gouvernance et la réconciliation à contribution ».

La réalité : Toutes les actions illégales de votre « gouvernement » ont servi à attaquer les alliés du Venezuela (Cuba, Russie, Chine), la Force armée nationale bolivarienne (FANB) et la base populaire Chaviste.

La réaction de la population aux premières mesures de prévention et d’endiguement du Coronavirus, la démonstration de contrôle et du leadership politique de Nicolas Maduro, ont mis les leaders de l’opposition dans une course contre la montre, qui doivent maintenant rendre des comptes à Washington.

L’appel à « l’unité et à la réconciliation » est une reconnaissance de la force du Chavisme, un « coup dans « l’eau » qui ne correspond en rien aux actions des dirigeants de l’opposition et de ses alliés internationaux, qui insistent pour miner la santé et le bien-être de la population.

Par Fransay Riera

Redradiove / traduction : Venesol