Ce qui semble normal

Nous avons été invités, en tant qu’humanité, à une « nouvelle normalité », selon le système des Nations unies qui nous y invite.

Ce qui est normal est ce qui est « largement accepté », c’est bien connu, l’habituel, l’ordinaire, que cela nous plaise ou non, que nous le considérions comme juste ou non. Face à une telle responsabilité, la question que nous devons nous poser est la suivante : pourquoi est-ce cette normalité et pas une autre qui caractérise le monde aujourd’hui ? Qui bénéficie de cette normalité aujourd’hui et donc qui sont ceux qui décident de ce qui est normal et de ce qui ne l’est pas ? Comment ont-ils réussi à nous convaincre de cette normalité ? Ce qui est considéré comme normal aujourd’hui est-il approprié pour les 7,5 milliards d’êtres qui habitent sur cette planète ? Que faut-il changer ?

Ces questions semblent très complexes et philosophiques, mais puisque nous avons été convoqués, pensons le nouveau monde comme nous aimerions, interrogeons et réfléchissons sur la « normalité » actuelle, débarrassons-nous des paradigmes qui nous ont été imposés, imaginons quelque chose de différent, devinons un autre monde possible.

Eduardo Galeano a dit, en citant Fernando Birri : « À quoi sert l’utopie ? L’utopie est l’horizon, et si elle est à l’horizon, je ne l’atteindrai jamais, car si je fais 10 pas, l’utopie s’éloignera de 10 pas, et si je fais 20 pas, l’utopie s’éloignera de 20 pas, en d’autres termes, je sais que je ne l’atteindrai jamais, jamais. À quoi sert l’utopie alors ? L’utopie sert à te mettre en marche ».

Ce qui est « normal » aujourd’hui

Il semble que la chose « normale » est qu’environ 820 millions de personnes dans le monde sont aujourd’hui en situation d’insécurité alimentaire, parmi lesquelles 150 millions souffrent de la faim, bien que, selon la FAO, chaque jour, il y ait suffisamment de nourriture produite pour chacun des habitants de la planète Terre.

On estime qu’en 2020, quelque 12.000 personnes seront mortes de faim chaque jour en raison de l’impact de la pandémie, un nombre plus important que celui estimé pour le Covid-19 lui-même. La faim est aujourd’hui la cause de 45 % des décès d’enfants de moins de 5 ans dans le monde. C’est la « normalité » que nous connaissons alors que 8 des plus grandes entreprises alimentaires et de boissons ont distribué plus de 18 milliards de dollars US à leurs actionnaires depuis janvier de cette année, c’est-à-dire au plus fort de la pandémie. C’est dix fois plus que ce que les Nations unies estiment nécessaire pour éviter que les gens ne souffrent de la faim.

Il semblerait qu’il est « normal » que 1% de la population mondiale s’approprie 82% de la production mondiale, ou du moins c’est ce qui se passe depuis des décennies. Il est également « normal » que plus de la moitié des 7,5 milliards de personnes sur cette planète vivent dans la pauvreté.

Il est « normal » que face à une situation de contraction de la production mondiale, quelque 450 millions de personnes soient au chômage, comme il est également « normal » dans le monde où nous vivons aujourd’hui que ces millions de chômeurs ne peuvent nourrir quotidiennement leurs enfants tandis que les 12 milliardaires les plus riches du monde ont battu des records en augmentant leur richesse de plus de 40% depuis janvier de cette année. Normal ?

Il semble « normal », ou du moins c’est ce qu’on nous a fait voir et comprendre depuis de nombreuses décennies, que les relations dans le processus social du travail doivent être empreintes de dépendance, de domination et d’exploitation. Pourquoi est-il « normal » que ceux d’entre nous qui produisent vraiment et ceux qui apportent une valeur ajoutée soient ceux qui pointent, qui ont à peine une demi-heure pour manger, ceux dont on compte et décompte le temps de travail, et pour couronner le tout, nous n’avons droit qu’à 18 % de tout ce que nous produisons alors que nous sommes 99 % de la population, quand que le 1 % restant reçoit 82 % ? Cette question de l’exploitation du travailleur devient « tellement normale » que parfois, certains ne sont même pas conscients d’appartenir à la classe exploitée et que se déclasser relève du « normal ».

Imaginons un instant que le « normal » ne soit pas le capitalisme, que la bourgeoisie ne continue pas à s’approprier la valeur de notre force de travail. Pensons à des relations de travail plus humaines, à la répartition équitable des richesses en termes de contribution au processus de production.

Il est urgent de réfléchir à la manière dont se réinventera le capital dans cette « nouvelle normalité » qui intégrera de nouveaux rapports de travail non plus seulement basés sur la domination, mais aussi sur de nouvelles technologies. Il faut aller de l’avant pour éviter qu’ils nous imposent, une fois de plus, une autre « nouvelle normalité ».

Ce qui est « normal », c’est que, par exemple, les femmes et les filles du monde entier consacrent 12,5 milliards d’heures par jour à des activités telles que s’occuper des enfants, des personnes âgées, des malades ou des handicapés, en plus des tâches domestiques comme la cuisine, le nettoyage ou la corvée d’eau ou de bois de chauffage, sans que celles-ci soient reconnues comme une valeur ajoutée à l’économie et beaucoup moins rémunérées.

Les blocus économiques font déjà partie de la « normalité » de ce monde, ou du moins c’est ce que les intérêts du grand capital essaient de nous faire voir. Il est déjà « normal » d’aller chaque année à l’Assemblée des Nations unies et que tous les pays sauf deux votent contre le blocus de Cuba, tout comme il est « normal » pour les États-Unis que ce vote ne les préoccupe pas. Les contraintes et les menaces criminelles que les États-Unis font peser sur les peuples du monde font partie de cette « normalité » qui doit être changée. Pourquoi un pays devrait-il décider du sort d’autres peuples ?

Il est « normal », depuis Bretton Woods, qu’une seule monnaie, le dollar américain, soit la référence mondiale et qu’un seul système de paiement, le SWIFT, soit le cadre des transactions financières. Depuis les années 70, il est « normal » que le pétrole soit acheté et vendu en dollars, tous les pays devant avoir la « précieuse » monnaie. Il est peut-être temps d’instaurer une « nouvelle normalité » en matière monétaire et financière, afin de retirer le privilège et le pouvoir qui ont été accordés aux États-Unis dans la « normalité » de l’après Seconde Guerre mondiale. Il est peut-être temps d’échanger avec de nombreuses monnaies de référence et de mettre en place une multiplicité de systèmes de paiement compensatoire.

Nous perdrions une grande opportunité en tant qu’humanité si, en ces temps de pandémie, ayant été appelés à une « nouvelle normalité », nous nous contentions de penser et de poser seulement un nouveau monde dans lequel le masque devient un accessoire indispensable à notre tenue vestimentaire quotidienne.

Nous méritons un monde d’égalité, sans exploités ni exploiteurs, sans distinction ni exclusion, sans racisme ni xénophobie, écologiquement durable. Le monde que nous voulons doit garantir le droit des peuples à l’autodétermination, doit être multicentrique et multipolaire, sans domination impériale, dans lequel la coopération et la solidarité prévalent. Un monde dans lequel les normes internationales sont respectées et appliquées par tous.

Nous voulons un monde dans lequel la justice, la vraie liberté et la paix sont la norme. Marchons, sans détour, vers cet horizon.

Par Pasqualina Cursio Cursio

Ultimas noticias / Traduit par Venesol